Les créances douteuses des établissements bancaires du pays s'élevaient à 110,689 milliards d'euros en janvier, soit 6,06% du total de créances contre un taux de 5,81% en décembre et 5,69% en novembre.

Ce taux, qui n'était que de 4,98% en octobre 2009, a atteint en janvier son niveau le plus élevé depuis novembre 1995, selon la Banque d'Espagne.

En août 2010, le taux de créances douteuses avait connu une forte détérioration, s'affichant avec 5,61% au plus haut depuis février 1996.

La situation des établissements bancaires espagnols reste une source d'inquiétudes pour les investisseurs internationaux en raison des conséquences de l'éclatement de la bulle immobilière fin 2008, de la récession qu'a traversé le pays et du fort renchérissement du coût du crédit ces derniers mois.

Toutefois, la confiance tend à revenir depuis quelques semaines, comme en témoigne la détente générale des taux d'intérêt espagnols.

Les créances douteuses des établissements bancaires du pays s'élevaient à 110,689 milliards d'euros en janvier, soit 6,06% du total de créances contre un taux de 5,81% en décembre et 5,69% en novembre. Ce taux, qui n'était que de 4,98% en octobre 2009, a atteint en janvier son niveau le plus élevé depuis novembre 1995, selon la Banque d'Espagne. En août 2010, le taux de créances douteuses avait connu une forte détérioration, s'affichant avec 5,61% au plus haut depuis février 1996. La situation des établissements bancaires espagnols reste une source d'inquiétudes pour les investisseurs internationaux en raison des conséquences de l'éclatement de la bulle immobilière fin 2008, de la récession qu'a traversé le pays et du fort renchérissement du coût du crédit ces derniers mois. Toutefois, la confiance tend à revenir depuis quelques semaines, comme en témoigne la détente générale des taux d'intérêt espagnols.