En raison du Brexit, l'Autorité bancaire européenne va migrer à Paris

11/09/18 à 14:41 - Mise à jour à 14:41

Source: Belga

Le quartier d'affaires de La Défense, à l'ouest de Paris, va accueillir l'Autorité bancaire européenne (EBA), après son départ de Londres en raison du Brexit, a annoncé mardi l'établissement public qui se rêve en nouvelle place forte européenne.

En raison du Brexit, l'Autorité bancaire européenne va migrer à Paris

© AFP

"Notre politique en matière d'attractivité porte ses fruits", s'est réjoui le patron de l'établissement public Paris-La Défense, Patrick Devedjian. Le choix de Paris comme nouveau siège de l'EBA avait été entériné en novembre 2017 par les 27 Etats membres de l'Union européenne, mais il restait encore à choisir le lieu exact. L'Autorité s'installera dans la tour Europlaza et "a signé son bail début août", précise Paris-La Défense dans un communiqué.

Le Conseil européen ainsi que le Parlement "discutent actuellement de l'amendement du règlement européen" ayant fixé le siège de l'institution à Londres et il "devrait être adopté dans les semaines à venir", ajoute Paris-La Défense.

Le déménagement de cette agence fait partie des premiers résultats visibles du Brexit. Dans le même mouvement, l'Agence européenne du médicament doit également quitter Londres pour s'installer à Amsterdam. La Défense entend tirer partie du Brexit pour devenir la nouvelle place forte européenne au détriment de la City de Londres.

"L'arrivée de cette institution renforce encore davantage la position de Paris-La Défense comme véritable porte d'entrée internationale du Grand Paris", a salué Patrick Devedjian. Le 3 septembre, M. Devedjian a inauguré près de La Défense un lycée avec des sections internationales (anglais, arabe ou chinois), censé attirer de hauts cadres internationaux souhaitant scolariser leurs enfants dans un lycée français tout en poursuivant les apprentissages dans leur langue maternelle.

Le Brexit doit être effectif le 29 mars 2019 mais certains points de l'accord de retrait font toujours l'objet d'une négociation. Le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier a estimé lundi qu'un accord pourrait intervenir avec le Royaume-Uni sur son départ de l'Union européenne d'ici "six à huit semaines".

Nos partenaires