En cas d'indépendance, "la sortie de l'euro est automatique", a prévenu Luis Linde lors d'une rencontre avec la presse. "La sortie de l'Union européenne implique automatiquement la sortie de la zone euro, les entités (bancaires) de ce territoire cessent d'avoir accès aux facilités de la BCE", a-t-il insisté en reprenant l'un des arguments du camp opposé à la sécession.

Il a reconnu qu'en cas de graves tensions économiques, un pays peut être amené à prendre des mesures de contrôle des capitaux semblables à celles adoptées par la Grèce fin juin. "C'est un risque qui existe", a-t-il dit, tout en le jugeant peu probable dans le cas de la Catalogne.

Des élections régionales sont prévues dimanche dans cette riche région du nord-est du pays et les sondages donnent les partis séparatistes favoris. Le président catalan sortant, Artur Mas, quatrième sur la principale liste indépendantiste, veut lancer un processus aboutissant à la sécession en 18 mois en cas de victoire.

Les grandes banques espagnoles, Banco Santander, CaixaBank, BBVA ou encore Banco Sabadell ont tiré la sonnette d'alarme vendredi, estimant que ses plans menacent la "stabilité financière".

En cas d'indépendance, "la sortie de l'euro est automatique", a prévenu Luis Linde lors d'une rencontre avec la presse. "La sortie de l'Union européenne implique automatiquement la sortie de la zone euro, les entités (bancaires) de ce territoire cessent d'avoir accès aux facilités de la BCE", a-t-il insisté en reprenant l'un des arguments du camp opposé à la sécession.Il a reconnu qu'en cas de graves tensions économiques, un pays peut être amené à prendre des mesures de contrôle des capitaux semblables à celles adoptées par la Grèce fin juin. "C'est un risque qui existe", a-t-il dit, tout en le jugeant peu probable dans le cas de la Catalogne.Des élections régionales sont prévues dimanche dans cette riche région du nord-est du pays et les sondages donnent les partis séparatistes favoris. Le président catalan sortant, Artur Mas, quatrième sur la principale liste indépendantiste, veut lancer un processus aboutissant à la sécession en 18 mois en cas de victoire.Les grandes banques espagnoles, Banco Santander, CaixaBank, BBVA ou encore Banco Sabadell ont tiré la sonnette d'alarme vendredi, estimant que ses plans menacent la "stabilité financière".