La Cellule des informations financières (CIF) de la Région wallonne, l'organisme de contrôle chargé de suivre les états financiers des organismes d'intérêt public, estime dans un rapport que la décision du conseil d'administration du Holding Communal de maintenir son niveau de valorisation de sa participation dans Dexia pourrait constituer une faute de gestion de nature à engager la responsabilité des administrateurs, révèlent samedi les quotidiens L'Echo et De Tijd.

Selon la CIF, une révision à la baisse de cette valorisation pourrait même conduire à une moins-value latente de plus de 1,13 milliard d'euros, ce qui poserait la question de la dissolution du Holding Communal. Le Holding se retrouverait en effet dès lors avec un actif net inférieur à la moitié du capital social, ce qui obligerait de réunir dans les deux mois une assemblée générale pour délibérer sur la dissolution éventuelle de la société ou prendre d'autres mesures.

Le Holding Communal ne se retrouverait donc plus très loin de la faillite, indiquent les quotidiens, pour qui il s'agit "d'une nouvelle bombe pour l'entreprise", déjà fragilisée ces derniers mois.

Rappelons que le capital du Holding est détenu par un ensemble de communes belges, majoritairement flamandes (43,5 %, contre 37 % de communes wallonnes et 19,5 % de bruxelloises).

Trends.be, avec Belga

La Cellule des informations financières (CIF) de la Région wallonne, l'organisme de contrôle chargé de suivre les états financiers des organismes d'intérêt public, estime dans un rapport que la décision du conseil d'administration du Holding Communal de maintenir son niveau de valorisation de sa participation dans Dexia pourrait constituer une faute de gestion de nature à engager la responsabilité des administrateurs, révèlent samedi les quotidiens L'Echo et De Tijd.Selon la CIF, une révision à la baisse de cette valorisation pourrait même conduire à une moins-value latente de plus de 1,13 milliard d'euros, ce qui poserait la question de la dissolution du Holding Communal. Le Holding se retrouverait en effet dès lors avec un actif net inférieur à la moitié du capital social, ce qui obligerait de réunir dans les deux mois une assemblée générale pour délibérer sur la dissolution éventuelle de la société ou prendre d'autres mesures.Le Holding Communal ne se retrouverait donc plus très loin de la faillite, indiquent les quotidiens, pour qui il s'agit "d'une nouvelle bombe pour l'entreprise", déjà fragilisée ces derniers mois.Rappelons que le capital du Holding est détenu par un ensemble de communes belges, majoritairement flamandes (43,5 %, contre 37 % de communes wallonnes et 19,5 % de bruxelloises).Trends.be, avec Belga