Lorsque Pierre Richard, après avoir dirigé le comité de direction de Dexia, avait pris la présidence du conseil, il s'était vu attribuer une pension de 600.000 euros par an. Il avait été poussé dehors après la débâcle de Dexia en 2008 mais avait conservé sa pension, ce qui avait suscité une vague d'indignations à l'époque.

Dexia avait alors mandaté un bureau d'avocats spécialisé pour examiner les possibilités de dénouer cet engagement, ce qui est aujourd'hui chose faite. Les parties ont en effet fini par trouver un accord en dehors des tribunaux, à l'initiative de Dexia.

Lorsque Pierre Richard, après avoir dirigé le comité de direction de Dexia, avait pris la présidence du conseil, il s'était vu attribuer une pension de 600.000 euros par an. Il avait été poussé dehors après la débâcle de Dexia en 2008 mais avait conservé sa pension, ce qui avait suscité une vague d'indignations à l'époque. Dexia avait alors mandaté un bureau d'avocats spécialisé pour examiner les possibilités de dénouer cet engagement, ce qui est aujourd'hui chose faite. Les parties ont en effet fini par trouver un accord en dehors des tribunaux, à l'initiative de Dexia.