Les contrôles effectués depuis le printemps dernier par l'administration fiscale auprès de détenteurs d'un ou plusieurs comptes à l'étranger ont permis de prendre en faute des milliers de compatriotes ayant éludé l'impôt. Il s'agit de Belges détenant un compte ou un compte-titres à l'étranger, mais ne l'ayant pas déclaré ou ayant déclaré des revenus d'intérêts ou de dividendes inférieurs aux montants réels. Ces contrôles ont été rendus possibles grâce aux échanges d'informations - de plus en plus nombreux et détaillés - entre les États membres de l'Union européenne, la Suisse et d'autres pays sur les comptes détenus chez eux par des ressortissants d'autres pays. L'administration peut donc facilement savoir s'il existe une différence entre les données fournies par les pays partenaires et les montants déclarés par les contribuables concernés.

Le fisc a passé au crible 11.223 dossiers pour la seule année 2019. 75% de ces contrôles se sont révélés positifs et se sont traduits par des suppléments d'impôts de 87,4 millions d'euros sur les intérêts et les dividendes. Le fisc compte mener cette année une campagne comparable, à savoir 11.350 contrôles.

Les contrôles effectués depuis le printemps dernier par l'administration fiscale auprès de détenteurs d'un ou plusieurs comptes à l'étranger ont permis de prendre en faute des milliers de compatriotes ayant éludé l'impôt. Il s'agit de Belges détenant un compte ou un compte-titres à l'étranger, mais ne l'ayant pas déclaré ou ayant déclaré des revenus d'intérêts ou de dividendes inférieurs aux montants réels. Ces contrôles ont été rendus possibles grâce aux échanges d'informations - de plus en plus nombreux et détaillés - entre les États membres de l'Union européenne, la Suisse et d'autres pays sur les comptes détenus chez eux par des ressortissants d'autres pays. L'administration peut donc facilement savoir s'il existe une différence entre les données fournies par les pays partenaires et les montants déclarés par les contribuables concernés. Le fisc a passé au crible 11.223 dossiers pour la seule année 2019. 75% de ces contrôles se sont révélés positifs et se sont traduits par des suppléments d'impôts de 87,4 millions d'euros sur les intérêts et les dividendes. Le fisc compte mener cette année une campagne comparable, à savoir 11.350 contrôles.