"L'expansion de l'activité économique enregistrée en 2014 a été principalement soutenue par le dynamisme des investissements", commente la Banque nationale. La consommation finale des ménages a également augmenté, mais de façon plus modérée. Les exportations de biens et services ont, quant à elles, bénéficié de l'élargissement des débouchés extérieurs. Une conjoncture dont a tiré profit le marché de l'emploi: la Belgique a en effet connu une création nette d'emplois de 15.600 unités.

Les chiffres du déficit budgétaire ont également été mis à jour. La Banque nationale fait à présent état d'un déficit de 3,1% du PIB pour l'ensemble des administrations publiques en 2014, légèrement supérieur à celui de l'année précédente (2,9% du PIB) mais en légère amélioration par rapport aux estimations précédentes.

Le niveau de la dette publique du pays a par ailleurs atteint 106,7% du PIB à la fin de l'année 2014 (contre 106,6 selon les dernières estimations), soit 1,6 point de pourcentage de plus qu'à la fin de l'année précédente.

La croissance économique de 2014 n'a pas été la seule à être mise à jour. Les exercices 2012 et 2013 ont également été revus. La Banque nationale chiffre ainsi la croissance à 0,2% en 2012 (contre 0,1% auparavant) et à 0% l'année suivante (pour 0,3% d'après les calculs précédents).

"L'expansion de l'activité économique enregistrée en 2014 a été principalement soutenue par le dynamisme des investissements", commente la Banque nationale. La consommation finale des ménages a également augmenté, mais de façon plus modérée. Les exportations de biens et services ont, quant à elles, bénéficié de l'élargissement des débouchés extérieurs. Une conjoncture dont a tiré profit le marché de l'emploi: la Belgique a en effet connu une création nette d'emplois de 15.600 unités.Les chiffres du déficit budgétaire ont également été mis à jour. La Banque nationale fait à présent état d'un déficit de 3,1% du PIB pour l'ensemble des administrations publiques en 2014, légèrement supérieur à celui de l'année précédente (2,9% du PIB) mais en légère amélioration par rapport aux estimations précédentes.Le niveau de la dette publique du pays a par ailleurs atteint 106,7% du PIB à la fin de l'année 2014 (contre 106,6 selon les dernières estimations), soit 1,6 point de pourcentage de plus qu'à la fin de l'année précédente.La croissance économique de 2014 n'a pas été la seule à être mise à jour. Les exercices 2012 et 2013 ont également été revus. La Banque nationale chiffre ainsi la croissance à 0,2% en 2012 (contre 0,1% auparavant) et à 0% l'année suivante (pour 0,3% d'après les calculs précédents).