"Nous ne sommes pas assaillis de coups de fil de nos membres comme c'était le cas en 2008 pour des refus de crédits ou des conditions trop strictes", indique Clarisse Ramakers, conseillère à l'UCM.

Selon l'Union des Classes moyennes, si les banques sont sous pression par rapport à leur détention d'obligations d'Etats, elles ne manquent pas actuellement de liquidités. Les entreprises qui demandent des crédits sont donc épargnées pour le moment par la crise des marchés bancaires.

En 2008, avec la crise bancaire, des monitorings ont été mis en place notamment au sein de Febelfin, la Banque nationale de Belgique et le Centre d'étude du financement des indépendants et des PME, pour vérifier l'évolution des conditions d'octroi des crédits. Il ressort de ces monitorings que la crise bancaire n'affecte pas actuellement les crédits des entreprises, d'après l'UCM.

"Les banques ont compris leur intérêt à collaborer et sont transparentes. Il est important de réunir les acteurs autour d'une table", commente Mme Ramakers. Si les conditions d'octroi des crédits devaient se renforcer, l'UCM interpellera le gouvernement pour lui rappeler la recapitalisation de banques en Belgique avec l'argent public. "Les banques doivent assumer des missions publiques, dont le financement de PME et TPE", insiste l'UCM.

Trends.be avec Belga

"Nous ne sommes pas assaillis de coups de fil de nos membres comme c'était le cas en 2008 pour des refus de crédits ou des conditions trop strictes", indique Clarisse Ramakers, conseillère à l'UCM. Selon l'Union des Classes moyennes, si les banques sont sous pression par rapport à leur détention d'obligations d'Etats, elles ne manquent pas actuellement de liquidités. Les entreprises qui demandent des crédits sont donc épargnées pour le moment par la crise des marchés bancaires. En 2008, avec la crise bancaire, des monitorings ont été mis en place notamment au sein de Febelfin, la Banque nationale de Belgique et le Centre d'étude du financement des indépendants et des PME, pour vérifier l'évolution des conditions d'octroi des crédits. Il ressort de ces monitorings que la crise bancaire n'affecte pas actuellement les crédits des entreprises, d'après l'UCM. "Les banques ont compris leur intérêt à collaborer et sont transparentes. Il est important de réunir les acteurs autour d'une table", commente Mme Ramakers. Si les conditions d'octroi des crédits devaient se renforcer, l'UCM interpellera le gouvernement pour lui rappeler la recapitalisation de banques en Belgique avec l'argent public. "Les banques doivent assumer des missions publiques, dont le financement de PME et TPE", insiste l'UCM. Trends.be avec Belga