Une directive prévoit que chaque État membre de l'Union européenne veille à ce que les consommateurs aient accès gratuitement à au moins un site internet comparateur de frais liés à des comptes à vue. En Belgique, c'est la FSMA qui a été chargée de développer le système, sur proposition de Kris Peeters.

"L'outil s'inscrit dans le prolongement du système Bankswitching qui, depuis l'année dernière, permet aux consommateurs de changer facilement de banque. Tout comme il est devenu beaucoup plus facile de changer d'opérateur téléphonique ou de fournisseur d'énergie, il en sera de même dans le secteur financier", indique le ministre de l'Emploi, de l'Economie et des Consommateurs.

Variations

Les frais associés à un compte à vue peuvent varier considérablement selon les services offerts. "L'utilisateur du comparateur devra donc en premier lieu indiquer les options dont il souhaite bénéficier: nombre de cartes de débit, type de carte de crédit, quantité de retraits auprès d'autres banques, etc.", détaille la FSMA dans un communiqué.

La personne verra alors s'afficher un tableau des frais relatifs aux différents comptes, en fonction de ses préférences. "Les banques belges qui commercialisent des comptes à vue devront informer la FSMA des tarifs y afférents pour lui permettre de maintenir le comparateur à jour", précise l'Autorité des services et marchés financiers.

L'outil analyse les données transmises par 21 marques bancaires.

Il est accessible sur le site du programme d'éducation financière de la FSMA, Wikifin (www.wikifin.be). Le consommateur pourra y trouver d'autres outils tels qu'un simulateur de comptes d'épargne, un simulateur Héritage et un simulateur Immobilier.