La banque française, qui tient lundi une journée investisseurs, avait déjà levé le voile sur ses principaux objectifs financiers pour 2016 lors de la présentation de ses résultats annuels mi-février. Y figurent une rentabilité des capitaux propres (ROE) supérieure à 10%, contre 7,7% en 2013, une croissance organique des revenus de plus de 10% sur la période du plan et un ratio de fonds propres "dur" (apports des actionnaires et bénéfices mis en réserve rapportés aux crédits consentis, NDLR) de 10%.

BNP Paribas, qui envisage de distribuer 45% de son résultat en 2016 contre 40,8% pour 2013, avait également renforcé son plan de réduction de coûts, le faisant passer d'un objectif de 2 milliards d'euros en 2015 à 2,8 milliards en 2016. Dans sa branche des marchés domestiques, qui comprend notamment les réseaux en France, en Italie et en Belgique, BNP Paribas anticipe une croissance de son chiffre d'affaires de 1,5% par an et une nette réduction de son coût du risque (provisions pour risque d'impayés, NDLR) en Italie, d'environ un tiers.

En Ukraine, où elle est présente via sa filiale UkrSibBank, BNP avait émis pour 1,6 milliard d'euros de crédits fin 2013. Fin 2012, le total s'élevait à 1,8 milliard et le groupe s'attend à ce que la baisse se poursuive ces prochaines années. Il a annoncé son intention de supprimer 1.600 emplois dans ce pays d'ici 2015 en raison de circonstances de marché difficiles.

La banque française, qui tient lundi une journée investisseurs, avait déjà levé le voile sur ses principaux objectifs financiers pour 2016 lors de la présentation de ses résultats annuels mi-février. Y figurent une rentabilité des capitaux propres (ROE) supérieure à 10%, contre 7,7% en 2013, une croissance organique des revenus de plus de 10% sur la période du plan et un ratio de fonds propres "dur" (apports des actionnaires et bénéfices mis en réserve rapportés aux crédits consentis, NDLR) de 10%. BNP Paribas, qui envisage de distribuer 45% de son résultat en 2016 contre 40,8% pour 2013, avait également renforcé son plan de réduction de coûts, le faisant passer d'un objectif de 2 milliards d'euros en 2015 à 2,8 milliards en 2016. Dans sa branche des marchés domestiques, qui comprend notamment les réseaux en France, en Italie et en Belgique, BNP Paribas anticipe une croissance de son chiffre d'affaires de 1,5% par an et une nette réduction de son coût du risque (provisions pour risque d'impayés, NDLR) en Italie, d'environ un tiers. En Ukraine, où elle est présente via sa filiale UkrSibBank, BNP avait émis pour 1,6 milliard d'euros de crédits fin 2013. Fin 2012, le total s'élevait à 1,8 milliard et le groupe s'attend à ce que la baisse se poursuive ces prochaines années. Il a annoncé son intention de supprimer 1.600 emplois dans ce pays d'ici 2015 en raison de circonstances de marché difficiles.