Annoncée plus tôt cet été aux membres du personnel, la décision s'expliquerait, selon le syndicaliste Geert Haverbeke (Setca), par une volonté de compresser les coûts. Mais le porte-parole de la BNY Mellon refuse de parler de mesures d'économies. "A Bruxelles, nous avons opté pour des fonctions complexes. Les postes qui sont déplacés concernent des fonctions plus basiques", souligne-t-il. Certains emplois seront d'ailleurs créés à Bruxelles, insiste-t-il. En tout, 77 postes seront délocalisés en Pologne, en Inde, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, tandis que 27 seront ouverts en Belgique.

Annoncée plus tôt cet été aux membres du personnel, la décision s'expliquerait, selon le syndicaliste Geert Haverbeke (Setca), par une volonté de compresser les coûts. Mais le porte-parole de la BNY Mellon refuse de parler de mesures d'économies. "A Bruxelles, nous avons opté pour des fonctions complexes. Les postes qui sont déplacés concernent des fonctions plus basiques", souligne-t-il. Certains emplois seront d'ailleurs créés à Bruxelles, insiste-t-il. En tout, 77 postes seront délocalisés en Pologne, en Inde, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, tandis que 27 seront ouverts en Belgique.