Sur la période d'avril à juin, son bénéfice net a été presque divisé par deux à 1,1 milliard d'euros, une contre-performance pour beaucoup due à l'impact de 352 millions d'euros attendu de la cession en cours d'activités en Corée du Sud.

Mais face à des dédommagements plus importants de dégâts de catastrophes naturelles ou de mauvaise météo, et des marchés financiers turbulents, le chiffre d'affaires a lui aussi reculé, de 2,5% à 29,4 milliards d'euros et le bénéfice opérationnel de 17,2% à 2,4 milliards d'euros.

Cela n'empêche pas l'assureur d'être confiant dans le fait de pouvoir générer un bénéfice opérationnel sur l'ensemble de 2016 de 10,5 milliards d'euros, à 500 millions d'euros près.

"Nous demeurons fortement capitalisés et notre profil de risque géré avec précaution nous permet de résister aux chocs du marché", a assuré, dans un communiqué, Oliver Bäte, le patron d'Allianz.

Le domaine de l'assurance dommage, dont le bénéfice opérationnel a diminué de 37% à 1,1 milliard d'euros, a pâti d'un nombre plus important d'inondations et de tempêtes en Europe, ainsi que des incendies au Canada et des averses de grêle aux Etats-Unis.

Sur la période d'avril à juin, son bénéfice net a été presque divisé par deux à 1,1 milliard d'euros, une contre-performance pour beaucoup due à l'impact de 352 millions d'euros attendu de la cession en cours d'activités en Corée du Sud. Mais face à des dédommagements plus importants de dégâts de catastrophes naturelles ou de mauvaise météo, et des marchés financiers turbulents, le chiffre d'affaires a lui aussi reculé, de 2,5% à 29,4 milliards d'euros et le bénéfice opérationnel de 17,2% à 2,4 milliards d'euros. Cela n'empêche pas l'assureur d'être confiant dans le fait de pouvoir générer un bénéfice opérationnel sur l'ensemble de 2016 de 10,5 milliards d'euros, à 500 millions d'euros près. "Nous demeurons fortement capitalisés et notre profil de risque géré avec précaution nous permet de résister aux chocs du marché", a assuré, dans un communiqué, Oliver Bäte, le patron d'Allianz. Le domaine de l'assurance dommage, dont le bénéfice opérationnel a diminué de 37% à 1,1 milliard d'euros, a pâti d'un nombre plus important d'inondations et de tempêtes en Europe, ainsi que des incendies au Canada et des averses de grêle aux Etats-Unis.