L'économie mondiale est à la peine mais les marchés boursiers tutoient des sommets. Une "déconnexion" qui n'inquiète pas les financiers, à l'inverse de certains économistes qui y voient le signe avant-coureur d'une crise de grande ampleur.

Exubérants les marchés ? Le déversement de montants astronomiques de liquidités par les banques centrales pour faire face à la crise économique liée au Covid-19 donne lieu à des situations aberrantes, laissant parfois l'impression d'un grand casino boursier.

Lire la chronique d' Amid Faljaoui

Pour résumer l'un des défis auxquels notre économie est confrontée en 2021, il faut paradoxalement remonter à 1930. A l'époque, nous étions en période de dépression économique et John Maynard Keynes, sans doute l'économiste le plus connu au monde, allait haranguer les ménagères britanniques dans les grands magasins de Londres en leur disant : "Achetez, sinon votre mari perdra son job".

Un ingénieur informatique a proposé à une autorité locale au Royaume-Uni une juteuse récompense pour retrouver un disque dur, jeté accidentellement, contenant un pactole de plus de 200 millions de livres (225 millions d'euros) en bitcoins, indiquent vendredi les médias britanniques.

Article du magazine

La perspective d'une vaste vaccination et d'une normalisation de l'économie a offert un nouveau souffle aux Bourses. Tous les stratégistes ne sont toutefois pas convaincus que cela suffira à relancer les secteurs les plus touchés.

Les banques belges sont passées à la vitesse supérieure dans leur quête de partenariats, selon la dernière analyse en la matière du bureau de consultance PwC publiée jeudi. Les grandes banques universelles, en particulier, créent ainsi activement des écosystèmes numériques en élargissant leur offre de services dans le domaine non financier. Une tendance qui devrait encore se développer et qui est susceptible de transformer radicalement le secteur, selon PwC.

La fragmentation des marchés européens n'est "pas dans l'intérêt de l'Union européenne" face à la concurrence de grandes places internationales comme New York, Singapour ou Tokyo, principales rivales de la City, affirme Catherine McGuinness, cheffe politique de la City of London Corporation.

L'euro numérique devrait devenir réalité d'ici 5 ans, a déclaré mercredi la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde, tandis qu'une enquête de l'institut place la confidentialité de ce moyen de paiement en tête des attentes des citoyens.