Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes pour empêcher entre 1.500 et 2.000 manifestants de pénétrer dans le périmètre de sécurité placé autour de l'Elysette. Les manifestants ont répliqué en lançant de nombreux pavés en direction des forces de l'ordre, qui ont également été contraintes d'avoir recours à deux auto-pompes pour maintenir les manifestants à distance. Les vitres de plusieurs commerces ont été brisées et plusieurs manifestants ont été légèrement blessés dans les échauffourées. Les magasins aux alentours ont été fermés et barricadés. Les travailleurs d'ArcelorMittal ont ensuite été refoulés, de manière musclée, par les forces de l'ordre. Les manifestants demandent aux mandataires wallons "quelques minutes de courage politique pour interdire à d'autres terroristes industriels d'agir de la sorte", peut-on lire sur des calicots. (PVO)

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes pour empêcher entre 1.500 et 2.000 manifestants de pénétrer dans le périmètre de sécurité placé autour de l'Elysette. Les manifestants ont répliqué en lançant de nombreux pavés en direction des forces de l'ordre, qui ont également été contraintes d'avoir recours à deux auto-pompes pour maintenir les manifestants à distance. Les vitres de plusieurs commerces ont été brisées et plusieurs manifestants ont été légèrement blessés dans les échauffourées. Les magasins aux alentours ont été fermés et barricadés. Les travailleurs d'ArcelorMittal ont ensuite été refoulés, de manière musclée, par les forces de l'ordre. Les manifestants demandent aux mandataires wallons "quelques minutes de courage politique pour interdire à d'autres terroristes industriels d'agir de la sorte", peut-on lire sur des calicots. (PVO)