La réunion a tourné court, les syndicats ont demandé la suspension de la procédure tant que toutes les pistes permettant le maintien de la sidérurgie à Liège n'étaient pas explorées. "Nous avons rappelé à la direction la déclaration du commissaire européen Antonio Tajani, qui demande la suspension des intentions de restructuration jusqu'à la présentation du plan acier européen, attendu pour cet été", indique David Camerini, président de la délégation CSC chez ArcelorMittal, pour le front commun syndical. "Nous avons également rappelé que le gouvernement wallon avait mandaté des experts pour étudier le dossier, et que les conclusions seraient présentées en avril. Nous demandons donc la suspension de la procédure Renault jusqu'à ce qu'on en sache plus. Notre priorité reste le maintien d'une sidérurgie à Liège." Après cette brève déclaration, les syndicats ont quitté la séance. "La direction ne nous a rien répondu", précise David Camerini. "Elle voulait qu'on entame la phase une, avec les questions-réponses, mais il était hors de question qu'on ouvre le débat." Aucune nouvelle réunion n'est actuellement prévue. (PVO)

La réunion a tourné court, les syndicats ont demandé la suspension de la procédure tant que toutes les pistes permettant le maintien de la sidérurgie à Liège n'étaient pas explorées. "Nous avons rappelé à la direction la déclaration du commissaire européen Antonio Tajani, qui demande la suspension des intentions de restructuration jusqu'à la présentation du plan acier européen, attendu pour cet été", indique David Camerini, président de la délégation CSC chez ArcelorMittal, pour le front commun syndical. "Nous avons également rappelé que le gouvernement wallon avait mandaté des experts pour étudier le dossier, et que les conclusions seraient présentées en avril. Nous demandons donc la suspension de la procédure Renault jusqu'à ce qu'on en sache plus. Notre priorité reste le maintien d'une sidérurgie à Liège." Après cette brève déclaration, les syndicats ont quitté la séance. "La direction ne nous a rien répondu", précise David Camerini. "Elle voulait qu'on entame la phase une, avec les questions-réponses, mais il était hors de question qu'on ouvre le débat." Aucune nouvelle réunion n'est actuellement prévue. (PVO)