Le blocage complet des négociations entre la direction et les syndicats a eu pour effet de durcir le mouvement au niveau des travailleurs. Des piquets sont installés à l'entrée de chaque usine. La production est stoppée jusqu'à ce jeudi 14 heures, moment où les travailleurs décideront de poursuivre ou non le mouvement. Seule la cokerie, qui doit rester en activité, n'est pas touchée par le mouvement de grogne. Diverses assemblées ont lieu actuellement sur les différents sites afin d'informer les délégués ou les travailleurs de la situation. Les négociations sont, elles, suspendues jusqu'à l'organisation de la conciliation sociale sollicitée par la direction qui estime que les syndicats campent sur leur position et que le blocage est tel qu'aucune solution ne peut se dégager des actuelles discussions. La loi Renault prévoit qu'un accord sur le volet social doit survenir 60 jours maximum après la clôture de la phase 1. La date butoir est fixée au 30 novembre. (Belga)

Le blocage complet des négociations entre la direction et les syndicats a eu pour effet de durcir le mouvement au niveau des travailleurs. Des piquets sont installés à l'entrée de chaque usine. La production est stoppée jusqu'à ce jeudi 14 heures, moment où les travailleurs décideront de poursuivre ou non le mouvement. Seule la cokerie, qui doit rester en activité, n'est pas touchée par le mouvement de grogne. Diverses assemblées ont lieu actuellement sur les différents sites afin d'informer les délégués ou les travailleurs de la situation. Les négociations sont, elles, suspendues jusqu'à l'organisation de la conciliation sociale sollicitée par la direction qui estime que les syndicats campent sur leur position et que le blocage est tel qu'aucune solution ne peut se dégager des actuelles discussions. La loi Renault prévoit qu'un accord sur le volet social doit survenir 60 jours maximum après la clôture de la phase 1. La date butoir est fixée au 30 novembre. (Belga)