La direction a confirmé le plan d'investissement de 138 millions d'euros dans la phase à froid. La première tranche de 60 millions d'euros sera consacrée à la ligne de revêtement sous vide de Kessales. La direction n'a pas fait de commentaire à l'issue de la réunion. Les syndicats ont affiché une attitude mitigée. "Nous n'avons aucune garantie sur le futur de l'ensemble des lignes", a commenté Jordan Atanasov (CSC). "Il y a encore énormément d'inquiétudes", a souligné pour sa part Francis Gomez (FGTB). A leurs yeux, le plan industriel qui doit accompagner le plan social dans le cadre de la procédure Renault n'est pas encore finalisé. Une nouvelle réunion doit se tenir aux alentours du 20 décembre. (PVO)

La direction a confirmé le plan d'investissement de 138 millions d'euros dans la phase à froid. La première tranche de 60 millions d'euros sera consacrée à la ligne de revêtement sous vide de Kessales. La direction n'a pas fait de commentaire à l'issue de la réunion. Les syndicats ont affiché une attitude mitigée. "Nous n'avons aucune garantie sur le futur de l'ensemble des lignes", a commenté Jordan Atanasov (CSC). "Il y a encore énormément d'inquiétudes", a souligné pour sa part Francis Gomez (FGTB). A leurs yeux, le plan industriel qui doit accompagner le plan social dans le cadre de la procédure Renault n'est pas encore finalisé. Une nouvelle réunion doit se tenir aux alentours du 20 décembre. (PVO)