Les syndicats reprochent aux employeurs de "rechigner", depuis plusieurs mois, à signer des conventions collectives de travail. "Les sujets ont un impact direct sur les conditions de travail du personnel. Les accords qui restent encore à signer portent, par exemple, sur les conditions d'octroi du crédit-temps, de la prépension (également pour les travailleurs de nuit), les plans de formation, la mise en place urgente des adaptations en matière d'échelle salariale (pour laquelle un financement existe déjà) et l'organisation de la période principale de vacances", précise le SETCa dans un communiqué. Un comportement au niveau du secteur qui "a de quoi surprendre" car des conventions collectives de travail sont régulièrement signées au niveau des entreprises, souligne encore le syndicat socialiste. Quelque 250 militants sont attendus lundi dès 9h au SPF Emploi, à deux pas de la gare de Bruxelles-Midi. (Belga)

Les syndicats reprochent aux employeurs de "rechigner", depuis plusieurs mois, à signer des conventions collectives de travail. "Les sujets ont un impact direct sur les conditions de travail du personnel. Les accords qui restent encore à signer portent, par exemple, sur les conditions d'octroi du crédit-temps, de la prépension (également pour les travailleurs de nuit), les plans de formation, la mise en place urgente des adaptations en matière d'échelle salariale (pour laquelle un financement existe déjà) et l'organisation de la période principale de vacances", précise le SETCa dans un communiqué. Un comportement au niveau du secteur qui "a de quoi surprendre" car des conventions collectives de travail sont régulièrement signées au niveau des entreprises, souligne encore le syndicat socialiste. Quelque 250 militants sont attendus lundi dès 9h au SPF Emploi, à deux pas de la gare de Bruxelles-Midi. (Belga)