La Fondation Roi Baudouin a décidé de combler ce vide avec l'aide de Circle Economy, d'Inoopa et de Graydon et a récemment publié une analyse de référence de l'emploi dans l'économie circulaire en Belgique. Elle arrête le chiffre de 262.000 emplois de ce type dans notre pays. Soit 7,5% de l'emploi total. L'étude, qui s'est calquée sur la méthodologie mise en place par l'association néerlandaise Circle Economy, fait le point par Région. Bruxelles affiche 8,1% d'emplois circulaires, la Flandre 7,5 % et la Wallonie 6,8%. Un score national un rien en deçà des 9% comptabilisés au niveau mondial.

Reste encore à définir ce qu'est un emploi circulaire. L'étude catégorise ces 262.000 jobs en emplois directs de base liés à l'utilisation de matières en circuit fermé (recyclage, renouvelable, réparation), en emplois porteurs qui soutiennent et accélèrent le développement des activités de base. Puis viennent les emplois " indirectement circulaires " qui fournissent des services aux deux premières catégories : la logistique, l'éducation, et les services publics.

Au final, sont ainsi comptabilisés dans le chiffre global de l'analyse tout à la fois les cordonniers, les ingénieurs des parcs éoliens, des acteurs du numérique, les réparateurs automobiles, d'appareils électroménagers ou de machines industrielles. Et les chiffres sont très clairs : les emplois directs de l'économie circulaire ne représentent que 32% de ces 262.000 jobs. Soit un peu moins de 84.000 emplois. Les emplois porteurs représentent, eux, 25%. Et les jobs indirects de l'économie circulaire, pas moins de 43%.

58.000 Emplois

en Région bruxelloise sont considérés comme des emplois de l'économie circulaire. Ce chiffre est de 50.000 en province d'Anvers et de 3.800 à Liège.