Biden et Xi se verront le 15 novembre pour tenter de « stabiliser » leur relation

archives

Joe Biden rencontrera son homologue chinois Xi Jinping mercredi 15 novembre « dans la région de San Francisco », ont confirmé de hauts responsables américains, répétant vouloir une « rivalité » avec la Chine, mais pas de « conflit » ni de « Guerre froide ».

« Notre objectif sera d’essayer de prendre des mesures qui stabilisent la relation entre les Etats-Unis et la Chine, de lever certains malentendus, et d’ouvrir de nouvelles lignes de communication », a dit un haut responsable lors d’un entretien jeudi avec la presse. Ses propos étaient sous embargo jusqu’à vendredi, et les officiels américains cités ont requis l’anonymat.

Il s’agira de la deuxième rencontre en personne entre les deux hommes depuis l’élection de Joe Biden, et de leur septième conversation depuis cette date.

Ce sera aussi la première visite de Xi Jinping aux Etats-Unis depuis 2017. Au même moment se déroulera à San Francisco le sommet de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (Apec), organisé du 12 au 18 novembre.

Le président américain veut avertir son homologue que les Américains sont « extrêmement inquiets » à l’idée d’une ingérence de Pékin dans l’élection présidentielle à Taïwan en 2024, a dit une haute responsable américaine. Elle a estimé que l’année à venir, avec ce scrutin mais aussi une présidentielle en novembre prochain aux Etats-Unis, pourrait être « plutôt agitée » pour la relation entre Washington et Pékin.

« Nous sommes également préoccupés par l’intensification sans précédent, dangereuse et provocatrice, des activités militaires (chinoises) autour de Taïwan », a-t-elle ajouté, en indiquant que Joe Biden évoquerait aussi le sujet.

Il répétera toutefois à la Chine – qui revendique la souveraineté de l’île – que Washington ne soutient pas une indépendance de Taïwan, et que la politique américaine en la matière n’a donc pas changé.

Communications militaires

Taïwan est l’un des principaux sujets de friction entre les deux superpuissances, et la Chine avait d’ailleurs suspendu à l’été 2022 l’essentiel des communications militaires régulières avec les Etats-Unis, après une visite de la présidente de la Chambre des représentants américaine sur l’île. Avoir un dialogue avec la Chine entre hauts responsables militaires mais aussi à un échelon plus opérationnel est « absolument essentiel » pour éviter des malentendus potentiellement périlleux, a dit la haute responsable.

« Les Chinois sont réticents et le président (Biden) va donc faire résolument pression la semaine prochaine » pour rétablir ces lignes de communication cruciales entre les deux puissances nucléaires, a dit le haut responsable américain déjà cité plus haut. Sa collègue a averti qu’il ne fallait pas s’attendre à une « longue liste de résultats concrets », assurant que le but de la rencontre était de « gérer la rivalité » avec Pékin, et que les Etats-Unis avaient des attentes « réalistes ».

Les hauts responsables ont indiqué que les grands sujets internationaux du moment seraient abordés, en particulier la guerre entre Israël et le Hamas.

Joe Biden attend de la Chine qu’elle « dise très clairement, dans le cadre de sa relation naissante avec l’Iran, qu’il est essentiel que (Téhéran) ne cherche pas à intensifier ou élargir » ce conflit.

Les Etats-Unis sont « confiants » avant la rencontre, a dit le haut responsable, en vantant la bonne santé économique américaine, ainsi que l’intense activité diplomatique de Washington pour muscler ses alliances en Asie.

La rencontre entre Xi Jinping et Joe Biden se déroulera en plusieurs « sessions », comme lors de leur réunion il y a un an à Bali (Indonésie), en marge du G20, selon ces sources.

L’entretien entre les deux hommes avait alors duré environ trois heures.

Partner Content