Zone euro: l'accès au crédit bancaire continue de se dégrader pour les PME

02/11/12 à 12:09 - Mise à jour à 12:09

Source: Trends-Tendances

(Belga) L'accès au crédit bancaire a continué de se dégrader pour les petites et moyennes entreprises (PME) de la zone euro sur la période d'avril à septembre 2012, selon une étude de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Commission européenne publiée vendredi.

Selon un sondage mené du 3 septembre au 11 octobre, 22% des 7.514 entreprises interrogées ont déclaré ressentir une "détérioration de la disponibilité des prêts bancaires", contre 20% lors de la précédente étude. Des difficultés d'accès qui ont particulièrement touché le secteur de la construction (34%), tandis qu'elles se sont révélées moins aiguës pour le secteur de l'industrie (17%). Parmi les PME les plus grandes, 17% ont ce sentiment contre 4% auparavant, signe que ces dernières ne sont plus épargnées par les difficultés, selon l'étude. Durant la période, 24% des PME interrogées ont demandé un crédit (contre 25% auparavant) tandis que 46% (contre 47%) ne l'ont pas fait en raison de fonds suffisants et 6% par crainte qu'il ne leur soit refusé (7% auparavant). L'étude constate que le taux de rejet des demandes de prêt a atteint 15% (contre 13% auparavant), son plus haut niveau depuis le deuxième semestre 2009, qui s'était révélé particulièrement sombre suite à la faillite de la banque américaine Lehman Brothers. Pour une large part, les PME mettent cette dégradation de l'accès au crédit bancaire sur le compte de l'aggravation générale du contexte économique. En raison de ce mauvais contexte, 10% des PME interrogées ont enregistré une contraction de leur chiffre d'affaires, soit une nouvelle détérioration par rapport à la période précédente. Cette dégradation a été particulièrement ressentie dans le secteur de la construction (28%) et du commerce (13%), rapporte la BCE. En parallèle, la part des entreprises estimant que l'accès au financement est leur principal problème est restée quasiment inchangée, à 18% en termes nets, contre 17% lors de la période précédente. (PVO)

Nos partenaires