Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

03/11/10 à 09:56 - Mise à jour à 09:56

Vivement 2013

L'occident va-t-il devoir expérimenter une baisse de son niveau de vie entre 2010 et 2013 ? C'est la thèse défendue par certains économistes.

Le raisonnement de ces économistes est hélas imparable. Vu la faible croissance économique de notre continent, les entreprises occidentales ont compris que l'avenir n'est plus en Europe. Nos plus grandes entreprises vont donc renforcer leur présence dans les pays émergents. Cette nouvelle délocalisation est une première pression sur les salaires en Europe.

La deuxième pression vient de l'augmentation du taux de chômage moyen en Europe qui est passé de 6 à 7% à environ 10 %. Ce taux de chômage va pousser les salaires vers le bas. Le souci, c'est que ces salaires ne remonteront pas, du moins pas tant que les secteurs qui sont au coeur de la crise ne repartiront pas - je pense au secteur de la finance et de la construction par exemple. L'autre élément qui jouera en défaveur de l'Europe et de l'occident en général, c'est sa consommation. La consommation restera encore faible, car le désendettement des ménages ne se fait pas en une année, mais en plusieurs. Il faut aussi garder à l'esprit qu'une partie de la consommation passée ne reviendra plus, je pense à la consommation qui était financée à crédit.

Les entreprises ont déjà intégré ces phénomènes dans leurs calculs, et c'est ce qui explique que les entreprises investissent et embauchent très peu en Europe, car elles savent que les années à venir - à défaut d'être catastrophique comme en 2009, seront malgré tout des années encore très difficiles. Si on ajoute à cela qu'un peut partout en Europe, on assiste à une augmentation des impôts locaux et nationaux, c'est autant d'argent qui n'ira pas vers la consommation. De même, les nouvelles réglementations qui seront imposées aux banques, les rendront plus prudentes, y compris dans l'octroi de crédits aux entreprises et aux ménages. Ce cocktail un peu diabolique fera que la classe moyenne en occident va devoir expérimenter une baisse de son niveau de vie jusqu'en 2013. Le 31 décembre prochain, ne dites pas comme les autres VIVE 2011, mais vivement 2013 !

Nos partenaires