Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

22/08/11 à 09:52 - Mise à jour à 09:52

Vers une récession de l'économie mondiale ?

Ce n'est pas à vous que je dois le dire : l'été 2011 a été pourri sur le plan boursier. Au point où la presse économique se demande si 2011 n'est pas un remake de l'année 2008, l'année de la crise des subprimes. Les très mauvaises performances de la Bourse ne sont-elles pas annonciatrices d'une rechute de l'économie - voire même d'une entrée en récession de l'économie mondiale ?

Je ne vais pas faire durer le suspens ni vous gâcher votre premier jour de la semaine : la réponse des experts est NON. Fort heureusement, nous ne sommes pas, ou en tout cas pas encore, dans une perspective de récession. C'est vrai qu'en Europe, les ménages ont encore peur de l'avenir et privilégient l'épargne. Ce qui n'est pas une bonne nouvelle dans le sens où cela pourrait tasser la consommation qui reste le moteur de la reprise en Europe. De même aux Etats-Unis, quand la Bourse va mal, cela affecte directement la richesse des ménages américains qui restent encore très investis en Bourse, et donc, là aussi, c'est mauvais pour la consommation américaine qui représente 70% de leur PIB.

Tout n'est pas noir pour autant. Le Japon a l'air de se remettre plus rapidement que prévu, or, c'est tout de même la 3e économie mondiale. La baisse du prix du pétrole est forte depuis un mois maintenant, cela va apporter du pouvoir d'achat dans tous les pays. Même chose en ce qui concerne le prix des matières premières qui pique également du nez. Quant à la consommation des ménages, elle pourrait repartir quand la confiance sera revenue, après tout les taux d'intérêt sont bas et devraient le rester et cela est de nature à favoriser le financement.

En fait, ce que pensent les économistes peut se résumer de la sorte : la probabilité de retomber en récession est inférieure à 50%. En revanche, c'est vrai que la croissance va rester molle pendant quelques années, et c'est ce qui la rend très vulnérable aux chocs. D'où la volatilité constatée depuis plusieurs semaines en Bourse. Elle traduit simplement cette fragilité de l'économie à la moindre mauvaise nouvelle. Les experts pensent que cette volatilité devrait s'estomper pour la mi-septembre, après la rentrée des classes. Une rentrée des classes qui pourrait donc voir revenir les acheteurs en bourse pour ramasser les actions injustement massacrées pendant cet été.

Nos partenaires