Vente des biens des Ben Ali: leur avocat dénonce une action "illégale"

24/12/12 à 17:00 - Mise à jour à 17:00

Source: Trends-Tendances

(Belga) L'avocat libanais du président déchu Zine El Abidine Ben Ali a affirmé lundi que l'expostion-vente de biens ayant appartenu à l'ancien président et à ses proches était "illégale" et menacé de porter l'affaire devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU.

Vente des biens des Ben Ali: leur avocat dénonce une action "illégale"

"Les autorités tunisiennes ont commis une action illégale et nous porterons l'affaire devant le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies", a indiqué Me Akram Azouri, dans un communiqué transmis à l'AFP. "Il s'agit, selon lui, d'un déni du gouvernement tunisien à l'égard des engagements internationaux de la Tunisie". L'avocat a affirmé en outre que 90% des biens et objets exposés à la vente n'appartenaient pas à son client, les 10% restants ayant été acquis, selon lui, "légalement et légitimement durant un quart de siècle de règne". "90% des biens et effets exposés et filmés n'appartiennent ni au président Ben Ali, ni à son épouse", a précisé l'avocat, accusant le gouvernement dirigé par les islamistes "de déformation de la réalité" et "falsification de faits". La déclaration de l'avocat a eu lieu au lendemain de l'ouverture au public d'une exposition-vente de milliers de biens et objets de luxe ayant appartenu à l'ancien couple présidentiel et 114 personnes de leurs proches. Des Tunisiens y ont vu l'étendue du gaspillage de l'argent public et découvert l'avidité des anciens maîtres de Tunis pour le luxe, alors que leur pays était miné par la pauvreté et le chômage. Les biens ont été confisqués et placés sous le contrôle du ministère des Finances qui espère récolter au moins 10 millions d'euros à reverser au budget de l'Etat. L'ex-président Ben Ali a été renversé à l'issue de la première des révolutions arabes (17 décembre 2010 - 14 janvier 2011) et vit depuis avec sa femme en Arabie saoudite. (PVO)

Nos partenaires