Vandemoortele Seneffe: Le SETCa s'insurge contre les accusations de la direction

19/09/13 à 13:04 - Mise à jour à 13:04

Source: Trends-Tendances

(Belga) Le SETCa s'est insurgé jeudi contre les accusations de la direction de Vandemoortele qui a souligné des faits de harcèlement pour justifier le licenciement d'un contremaître. Le syndicat socialiste dénonce un mensonge.

La direction de l'entreprise Vandemoortele a regretté, par voie de communiqué, la grève entamée jeudi sur son site de Seneffe suite au licenciement sur le champ, mercredi, d'un travailleur, par ailleurs délégué syndical du Setca-Centre. La direction a notamment évoqué le comportement du travailleur et des "plaintes graves de harcèlement" à son encontre. Le Setca s'est insurgé contre ces accusations de la direction. "C'est un mensonge", a indiqué Philippe Bertleff, secrétaire régional du Secta-Centre. "Il n'y a jamais eu aucune plainte déposée. De toute façon, tous les travailleurs, ouvriers et employés, ont à l'unanimité décidé de débrayer mercredi soir suite à l'assemblée générale. La solidarité est donc de mise." Selon le Setca, le licenciement du délégué syndical cache d'autres licenciements futurs et une prochaine restructuration. "Rien n'est investit à Seneffe contrairement aux autres sites du groupe: pourquoi? Le nouveau directeur du site de Seneffe est-il un nouveau fossoyeur de l'emploi dans le Centre?", s'est interrogé le Setca. "Si ce délégué a été licencié sur le champ et éjectée par une milice privée engagée par la direction, c'est parce qu'il fait correctement son travail de délégué syndical, ce que la direction n'apprécie pas. Je répète que les accusations de harcèlement, tant moral que sexuel, de la part de ce travailleur sont pur mensonge. Nous demandons qu'il soit réintégré sur le champ." Le site seneffois de l'usine Vandemooretele est à l'arrêt complet depuis jeudi matin. La grève devrait se poursuivre dans les prochains jours dans cette entreprise spécialisée dans la production et la distribution de produits alimentaires où les quelque 250 travailleurs travaillent en trois pauses, week-end compris. Selon le Setca, un bureau de conciliation est prévu samedi matin à Bruxelles. Une assemblé général des travailleurs devrait être convoquée lundi pour informer des conclusions de la conciliation et des éventuelles futures actions à mener. (Belga)

Nos partenaires