Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

04/04/12 à 10:38 - Mise à jour à 10:38

Une bulle immobilière en Belgique ? Pas dramatique !

Quand le doute s'installe, quand les placements ne donnent pas le rendement escompté, il y a toujours une voix pour dire : oui, mais heureusement qu'il y a l'immobilier !

La brique apparait souvent comme un rempart contre la crise, un rempart moins fragile ou moins spéculatif que l'or par exemple.

Pour le moment, c'est vrai, mais comme toujours, il y a des pisses vinaigres qui viennent doucher votre enthousiasme pour la brique. Hélas pour la Belgique, le fameux magazine économique The Economist, considéré comme le meilleur magazine économique au monde, vient de calculer que les maisons sont surévaluées de... 56% en Belgique !

Selon le baromètre de The Economist, les prix des maisons en Belgique sont surévalués tant par rapport aux salaires que par rapport aux loyers. Nous sommes, toujours selon ce baromètre, le pays le plus surévalué au monde, juste après Singapour et Hong Kong.

Bien entendu, il y a toujours la possibilité comme le font pas mal d'experts immobiliers de balayer d'un revers de la main ces calculs. En disant grosso modo que The Economist ne sait pas calculer ou qu'ils ne connaissent pas les particularités du marché immobilier en Belgique.

Il est évidemment possible de penser cela, mais le seul hic, c'est qu'il n'y a pas que The Economist qui pense que notre immobilier est surévalué. C'était aussi le cas de l'OCDE en 2010 qui a estimé que les maisons belges étaient surévaluées de 50%, d'autres études estiment cette surévaluation à 20%.

Bon allez, je ne vais pas gâcher vos vacances de Pâques avec ce genre d'informations. Je vous confirme aussi que si toutes ces études parlent d'une surévaluation, aucune ne prédit, fort heureusement, des conséquences dramatiques comme c'est le cas en Espagne par exemple. Ne serait-ce que parce que nous n'avons pas un secteur de la construction qui a grossi de manière exponentielle comme dans la péninsule ibérique. Sans compter que notre marché hypothécaire est sain.

En résumé, et si tout cela se vérifie, ce qui reste encore à voir, nous aurions une bulle immobilière en Belgique. Mais si elle éclate, ce ne sera pas trop dramatique. C'est ce qu'on appelle une consolation.

Nos partenaires