Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

14/05/13 à 09:40 - Mise à jour à 09:40

Tu seras directeur financier mon fils !

Si vous avez des enfants en âge de choisir un métier, dites-leur d'opter pour directeur financier. Mais attention, pas dans n'importe quelle entreprise, ils doivent devenir directeur financier d'une grande entreprise technologique et de préférence américaine !

Si je dis cela, c'est parce que j'ai découvert par presse interposée qu'être directeur financier chez Apple, cela paie très bien : en 2012, l'heureux titulaire de cette fonction a empoché 69 millions de dollars.

En comparaison, notre patron de Belgacom avec ses 2,6 millions d'euros annuels n'a qu'à se rhabiller, alors que le "pauvre", les politiques lui tombent régulièrement dessus en trouvant son salaire beaucoup trop élevé !

Mais direz-vous, Apple c'est Apple, une entreprise pas comme les autres...
Eh bien, non, prenez la directrice financière de la société Oracle, elle a reçu l'an dernier 51,7 millions de dollars, ce qui en fait la femme la mieux payée au monde.
Quant au numéro trois de ce palmarès des directeurs financiers les mieux payés au monde, cette 3ème place revient au directeur financier de Google avec "seulement", si je puis dire, 39 millions de dollars de salaire.

Voir des salaires pareils en pleine crise, c'est fou, voire indécent, bien entendu. Mais si ces directeurs financiers sont payés comme des stars de football, c'est comme le faisait remarquer Le Figaro aussi en raison des économies qu'ils font faire à leur entreprise en matière fiscale.

L'agence d'information financière Bloomberg a calculé que si le taux moyen de taxation des sociétés (S&P 500) est de 41%, ce taux tombe sous les 30% dans l'univers des entreprises de haute technologie. La recette consiste souvent à transférer des profits hors des Etats-Unis, d'autres sociétés vont jusqu'à délocaliser leurs revenus de licences dans des paradis fiscaux.

Bref, comme le souligne Le Figaro, c'est grâce à ces subterfuges que Google a économisé 2 milliards de dollars de taxation en transférant les revenus de certaines de ses filiales étrangères aux Bermudes. On a souvent parlé, par le passé, du trou noir du triangle des Bermudes, mais on avait pas précisé qu'il s'agissait d'un trou noir pour le fisc et uniquement pour le fisc.

Nos partenaires