Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

22/03/10 à 11:20 - Mise à jour à 11:20

Trop tôt pour savoir s'il est trop tard

En matière de Bourse, d'immobilier ou plus simplement de prévision économique, on ne sait plus à quel saint se vouer ! Qui faut-il croire ?

En matière de Bourse, d'immobilier ou plus simplement de prévision économique, on ne sait plus à quel saint se vouer ! Qui faut-il croire ? Pour l'immobilier en Belgique, tout est dit et son contraire. Une grande banque a annoncé une baisse des prix pour 2009 et les années à venir et des promoteurs ont répondu vertement, en disant que ces économistes n'avaient jamais mis les pieds sur le terrain, sous-entendu, ils sont incompétents pour indiquer la tendance immobilière. Quant aux quelques tables rondes réalisées par des journalistes du secteur, on en ressort souvent avec plus de questions que de réponses sur la tendance à suivre. Il est vrai qu'un directeur de réseaux d'agences immobilières ou un promoteur immobilier ne va pas non plus se tirer une balle dans les pieds en noircissant plus que de raison les statistiques.

Sur le plan économique, c'est à peu près la même chose, la même incertitude.


Je vous ai parlé la semaine dernière de Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne, qui a indiqué que l'économie européenne se rapproche d'une reprise qui aurait lieu en 2010 et qu'en gros, les marchés financiers sont aujourd'hui trop pessimistes et devraient cesser de broyer du noir. Manque de pot pour Trichet, et surtout pour nous, qui voulons voir plus clair dans ce débat, le même jour, Warren Buffet, l'homme le plus riche du monde et surtout l'un des meilleurs investisseurs au monde, parie, lui, sur un retour de la croissance dans cinq ans seulement. Pour ajouter à la confusion, le président de la banque centrale américaine a annoncé, un jour plus tard, une reprise économique pour la fin 2009.


Alors, qui croire, les président de banques centrales dont certains se sont déjà trompés par le passé ? Ou faut-il croire l'homme le plus riche du monde qui, lui aussi, s'est déjà trompé notamment en achetant des banques irlandaises en 2008 et des actions ConoCo Philips quand le baril de pétrole était au-dessus de 100 dollars ?

Pour reprendre l'expression d'Eric Leurquin, un professeur de finance, Warren Buffet a commis l'erreur d'attraper le couteau qui tombe, en clair d'avoir acheté trop tôt. A côté de cela, je constate que certaines newsletters spécialisées dans les investissements boursiers recommandent de s'investir à 100% dans les actions, pas n'importe lesquelles évidemment, mais de la sorte, l'investisseur pourrait profiter pleinement de la hausse boursière qui devrait ou pourrait avoir lieu cet été. J'imagine qu'une telle recommandation doit faire frissonner de peur plus d'un épargnant et c'est bien entendu tout cela qui ajoute à la confusion ambiante.

Les journalistes du Soir l'ont d'ailleurs bien compris, puisqu'ils ont mis en UNE de leur quotidien, trois lettres - V- U - L - autrement dit, les 3 scénarios de sortie de crise, une courbe en V signifie qu'on descend vite mais qu'on remonte vite, une courbe en U signifie qu'après la descente, la remontée se fait aussi mais après un palier, et une courbe en L personne n'en veut, car elle signifie qu'il n'y a pas de reprise.
Je ne vais donc pas jouer au petit malin, en vous disant que j'en sais plus que vous, mais je vais me contenter de citer l'humoriste Pierre Dac. Il a fort bien résumé la situation dans laquelle nous nous trouvons : "il est encore trop tôt pour savoir s'il est trop tard".

Nos partenaires