Yves Van Ingelgem: "Nous transformons les données en connaissance"

Originaire de Malines, Yves Van Ingelgem (34 ans) décroche son diplôme d'ingénieur civil à la Vrije Universiteit Brussel (VUB). Ne souhaitant pas devenir le " énième ingénieur dans une entreprise ", selon ses dires, il se lance dans un doctorat pour obtenir la liberté d'expérimenter.

Yves Van Ingelgem: "Nous transformons les données en connaissance"

Yves Van Ingelgem © Tineke De Vos

En 2009, Yves Van Ingelgemmet au point une technologie permettant de mesurer la corrosion active des métaux d'une façon rapide et fiable. Les exemples de corrosion les plus connus sont les altérations chimiques des métaux à l'air ou dans l'eau, telles la rouille du fer et de l'acier. "Grâce à une bourse du fonds Spin-off in Brussels (ndlr : désormais Launch), nous avons pu poursuivre le développement de cette technologie et analyser en parallèle s'il existait de l'intérêt sur le marché."

"Lorsque nous avons montré à des entreprises comme Airbus et à des opérateurs de grands pipelines la manière dont nous pouvions mesurer la corrosion, de nombreuses questions ont surgi: comment est-ce possible? Est-ce grave? La structure s'en trouve-t-elle influencée? Nous avons reçu plus de questions que prévu. Dès lors, nous avons étendu notre offre - pas seulement la constatation de la corrosion, mais la surveillance de l'état de santé complet de la structure - car la corrosion n'est pas le seul danger pour une structure en acier, mais aussi les déformations, la fatigue du métal, les mouvements, etc. En analysant simultanément l'ensemble de ces facteurs, nous pouvons poser un diagnostic bien plus précoce et anticiper les problèmes.

Les éoliennes en mer et sur terre, les usines pétrochimiques, les canalisations souterraines: toutes ces structures peuvent être surveillées au moyen de capteurs, ce qui permet de constater les évolutions qui peuvent à terme coûter de l'argent au propriétaire de la structure."

"Depuis 2013, nous sommes actifs de manière totalement indépendante sous le nom Zensor en tant que spin-off de la VUB. La grande nouveauté réside dans le fait que nous faisons office de 'one-stop-shop' ou guichet unique. Nous convertissons les données captées en connaissances pratiques, ce qui nécessite de contrôler l'ensemble du cycle, qu'il s'agisse de mesurer, de collecter et de générer des rapports. Plus la qualité de ces étapes est élevée, puis le conseil au client sera pertinent."

"Pourquoi notre projet mérite le MIT Award? Nous transformons les données en connaissances et plus notre technologie devient intelligente, plus nous en ferons profiter nos clients."

En savoir plus sur:

Nos partenaires