Traitement plus rapide des dossiers de sinistres grâce à la technologie

Les coûts indirects d'un sinistre grimpent souvent parce que l'entreprise se retrouve partiellement voire totalement à l'arrêt. Un traitement rapide de la demande d'indemnisation peut éviter pas mal de soucis au chef d'entreprise, et permettre de sérieuses économies. La vidéo-expertise peut accélérer la procédure.

Traitement plus rapide des dossiers de sinistres grâce à la technologie

© Getty Images/iStockphoto

En cas de sinistre, un chef d'entreprise souhaite voir son dossier traité le plus rapidement possible pour que le travail puisse reprendre sans tarder. Dans une procédure classique, un expert se rend sur place pour analyser les dégâts et faire une évaluation des coûts. Il n'est cependant pas toujours évident d'obtenir rapidement un rendez-vous avec l'expert, ce qui peut faire perdre beaucoup de temps. Et entre-temps, la production est (partiellement) à l'arrêt, ce qui coûte beaucoup d'argent à l'entreprise.

" Pour gagner du temps, nous avons développé le principe de la vidéo-expertise ", explique Liesbeth Laureys, SR Manager Claims chez Fidea. " Avec ce système, l'expert ne se rend plus sur place mais effectue son analyse via une sorte de vidéoconférence. Le grand avantage est que ce genre de contact peut s'organiser beaucoup plus rapidement. En outre, cette analyse peut se faire en dehors des heures d'ouverture, et le patron ne doit donc pas fermer son entreprise pendant une demi-journée pour réaliser l'expertise. "

Partager

L'expert fait exactement les mêmes contrôles que ceux qu'il ferait en se rendant sur place.

Liesbeth Laureys, SR Manager Claims chez Fidea.

Liesbeth Laureys, SR Manager Claims chez Fidea.

D'autre part, le chef d'entreprise n'a pas besoin d'investir dans un équipement coûteux pour autoriser la vidéo-expertise. Il lui suffit d'avoir un smartphone pour filmer les dégâts. " Avec la vidéo-expertise, nous pouvons réduire à un minimum le temps de traitement des demandes d'indemnisation. Si la déclaration du sinistre a été faite de façon complète et correcte, l'indemnisation peut être déjà versée moins de deux semaines plus tard ", assure Liesbeth Laureys.

Élargir vers d'autres branches de l'assurance

Les dossiers de sinistres n'entrent évidemment pas tous en ligne de compte pour ce genre d'expertise à distance. " Si les dégâts se situent dans un endroit où il n'y a pas de WiFi ou de 4G, une cave par exemple, ce ne sera pas possible ", ajoute Liesbeth Laureys. " Quand une tierce partie est impliquée, le dossier devient plus complexe et nous préférons quand même envoyer un expert sur place. En pratique, un tiers de tous les sinistres semblent pouvoir entrer en ligne de compte pour la vidéo-expertise. "

Partager

En pratique, un tiers de tous les sinistres semblent pouvoir entrer en ligne de compte pour la vidéo-expertise.

Certains clients et courtiers en assurances sont manifestement encore un peu frileux par rapport à la vidéo-expertise. " Les nouvelles technologies sont souvent accueillies avec réticence, et nous le comprenons tout à fait. Mais au final, l'expert fait exactement les mêmes contrôles que ceux qu'il ferait en se rendant sur place. Le courtier ne doit donc pas voir la vidéo-expertise comme une menace. Au contraire, elle rend son travail plus efficace. Son rôle consiste surtout à bien rédiger la déclaration, car tout va dépendre de cette déclaration ", conclut Liesbeth Laureys. Pour l'instant, Fidea utilise la vidéo-expertise surtout dans le cadre des assurances-incendie, mais n'exclut pas d'étendre à terme cette technologie vers d'autres branches d'assurance.

Découvrez ici notre vidéo pour plus d'info:

Lisez ici tous les articles de ce dossier.

En savoir plus sur:

Nos partenaires