La banque en tant qu'intermédiaire de l'économie circulaire

Comment les banques peuvent-elles faire en sorte que les investissements à risque dans les activités circulaires soient également financés ? C'est une question sur laquelle s'est penchée la banque BNP Paribas Fortis : " Nous devons adapter notre méthode de travail en conséquence. Nous entendons également développer notre expertise pour encourager un plus grand nombre d'entreprises à passer au circulaire. "

La banque en tant qu'intermédiaire de l'économie circulaire

© iStockphoto

L'économie circulaire est en plein essor. Le financement de telles activités n'est toutefois pas une évidence. Marina Vanstipelen, Head of Core Banking : " L'octroi de crédits aux entreprises est l'une des principales missions de la banque. Un dossier d'investissement dans un projet circulaire peut cependant constituer un choix risqué, sans garantie de succès. Si nous nous contentions de traiter ces dossiers selon l'approche classique, nous arriverions probablement à la conclusion de ne pas accorder le financement. Précisément ce que nous voulons éviter. "

Centre de compétence pour l'économie circulaire

C'est la raison pour laquelle BNP Paribas Fortis met en place, en interne, un centre de compétence consacré à l'économie circulaire. " Nous adaptons notre méthode de travail afin d'évaluer les risques différemment. Nous souhaitons en effet faire les bons choix en vue de soutenir les investissements circulaires. Cela n'a d'ailleurs rien de neuf : nous l'avons déjà fait, par exemple, pour les investissements dans l'énergie renouvelable et la cleantech. "

Lire aussi : L'économie circulaire peut engendrer jusqu'à 100 000 nouveaux emplois

Partager

En collaborant avec les clients, nous développons une expertise en matière d'économie circulaire.

Marina Vanstipelen et Didier Beauvois, Head of Corporate Banking, attribuent également un autre rôle à la banque : " En collaborant avec les clients, nous développons une expertise en matière d'économie circulaire, que nous mettons ensuite au service d'autres entreprises. Nous sommes ainsi en mesure d'accroître la conscientisation et de rapprocher les entreprises pour accélérer les projets circulaires. Nous avons, par exemple, organisé récemment un voyage d'inspiration à Berlin, afin de faire connaissance avec les chefs de file de l'économie circulaire. "

Didier Beauvois & Marina Vanstipelen

Didier Beauvois & Marina Vanstipelen © Cyrus Paques

Impact sur le financement des factures

BNP Paribas Fortis elle-même évolue et adapte ses produits et services aux besoins de l'économie circulaire. " Si de plus en plus d'entreprises s'orientent vers des combinaisons produit-service et vers des modèles d'affaires basés sur le service, nous nous devons d'adapter notre financement en conséquence. Je pense que cela peut avoir un impact sur le financement des factures, par exemple le factoring. Les factures de vente deviendront de plus en plus des factures de location et le nombre de débiteurs de l'entreprise augmentera. Nous devons suivre cette évolution et adapter nos produits et services et, si nécessaire, notre business model. C'est également l'un des défis du nouveau centre de compétences. "

La banque en tant qu'intermédiaire de l'économie circulaire

© Getty Images/iStockphoto

Lire aussi : Les pouvoirs publics donnent un coup de pouce à l'économie circulaire

Nos partenaires