Comment gérer le risque de vol ?

Vol, cambriolage ou attaque à main armée : autant d'actes criminels dont peut être victime n'importe quelle entreprise. S'il est impossible d'exclure totalement tout risque, des mesures de prévention réfléchies peuvent être prises afin de limiter au maximum tant les risques d'incident que leurs conséquences possibles.

Comment gérer le risque de vol ?

© Getty Images/iStockphoto

Les répercussions d'un vol, d'un cambriolage ou d'une attaque à main armée peuvent se faire sentir longtemps. Tout d'abord, pour les victimes directement concernées pour lesquelles il s'agit toujours d'une expérience traumatisante. Mais pour l'entreprise également, les conséquences peuvent être graves et, dans le pire des cas, mettre même en danger la continuité de l'activité. En tant que chef d'entreprise, vous avez donc intérêt à éviter autant que possible de tels incidents. Notamment en mettant en place un plan de prévention mûrement réfléchi. Même si la garantie absolue n'existe évidemment pas, surtout s'il s'agit de criminels professionnels.

" Il est important d'impliquer les collaborateurs dès les premiers stades de la conception d'un plan de sécurité, car cela renforce non seulement l'impact et l'engagement, mais permet souvent aussi de mieux familiariser les travailleurs avec la situation sur le lieu de travail ", conseille Bart Bosman, Senior Underwriter Non-Life auprès de la compagnie d'assurances Vivium. " Une fois que le plan existe, il s'agit surtout d'assurer le suivi rigoureux de l'ensemble des dispositions. Une évaluation régulière du plan maintient le personnel en état d'alerte. "

Bart Bosman

Bart Bosman

Des mesures organisationnelles

Idéalement, un plan de sécurité se compose d'une combinaison de mesures organisationnelles, techniques (de construction) et électroniques. " Les mesures organisationnelles n'impliquent en général pas des coûts élevés. Il s'agit par exemple du positionnement stratégique des collaborateurs dans le magasin, de la limitation de l'argent liquide disponible et de la visibilité donnée au plan de sécurité à l'égard du monde extérieur ", explique Bart Bosman.

Des mesures techniques (de construction)

Le but du voleur est de partir le plus vite possible avec un maximum de biens volés. Dès lors, celui-ci réfléchira à deux fois s'il constate qu'il ne pourra pas s'échapper rapidement avec son butin. Fracturer une serrure ou un coffre prend du temps et augmente le risque pour le voleur d'être pris. Des mesures techniques (de construction) jouent incontestablement un rôle dissuasif sur les personnes mal intentionnées. De même, citons par exemple le contrôle sur les entrées et sorties, la sécurisation des articles, les portes, fenêtres, constructions de toiture et lucarnes retardatrices d'effraction, etc. Et comme un voleur préférera ne pas être dérangé dans son travail, l'on n'insistera jamais assez sur l'importance d'un éclairage performant des terrains.

Des mesures électroniques

Si l'installation de systèmes d'alarme ou de caméras de surveillance a beau ne pas constituer un frein supplémentaire pour le malfaiteur, ces mesures électroniques n'en permettent pas moins de le repérer plus facilement. Attention, l'utilisation de systèmes d'alarme est soumise à législation.

La mise au point d'un plan de sécurité est presque toujours un travail sur mesure et affaire de spécialistes. " Celui qui doute de son plan peut toujours prendre contact avec son assureur. Dans ce cas, des spécialistes se rendent sur place pour examiner soigneusement votre bâtiment et en déceler les points faibles afin que vous puissiez dormir sur vos deux oreilles ", conclut Bart Bosman.

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires