Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

10/04/14 à 10:30 - Mise à jour à 10:30

Toyota rappelle des voitures

Le premier constructeur mondial d'automobiles, le japonais Toyota, a annoncé hier qu'il rappelait plus de 6 millions de véhicules dans le monde à cause de divers problèmes techniques, dont des câbles d'airbag et des supports de colonne de direction défectueux. Toyota a précisé que 27 modèles étaient concernés au total, dont la citadine Yaris et le SUV RAV4.

Toyota a cependant souligné qu'aucun accident n'avait été constaté, et cela, au moment même où son concurrent américain General Motors doit s'expliquer sur 13 accidents mortels qui ont entraîné des rappels massifs. En Belgique, le rappel de Toyota concerne un total de 26.249 véhicules, dont 19.128 Yaris, a appris l'agence Belga auprès de Toyota Europe.

La différence entre Toyota et GM est palpable à la manière dont la direction de GM a géré ces défauts aux Etats-Unis. Dans le cas de GM, il semblerait qu'une pièce défectueuse sur l'un des modèles du constructeur américain pouvait empêcher l'airbag de s'ouvrir, et cette pièce défectueuse est considérée comme responsable de la mort de 13 personnes et 31 accidents en dix ans !
Et à en croire le journal Le Monde, le plus compromettant dans cette triste affaire, c'est que le problème avait été identifié par GM qui a fini par modifier la pièce mais pour ses nouveaux modèles ! Et GM s'est gardé de prévenir ses clients, les laissant donc pendant des années au volant de bolides dangereux. Et c'est ce qui a valu à la nouvelle patronne de GM de passer un mauvais quart d'heure au parlement américain. Au Sénat, les parlementaires l'ont convoquée et même accusée de diriger un groupe "au comportement criminel" et à la "culture de la dissimulation".

Mais il ne faudrait pas conclure de ces rappels massifs - plus de 6 millions de voitures pour GM et idem pour Toyota - que ces défauts soient localisés à telle ou telle marque, ou segment de voitures. BMW a annoncé il y a quelques jours le rappel de 232.000 voitures en Chine, qui reste malgré tout son premier marché, et Chrysler a fait de même pour 900.000 véhicules. Même Porsche - l'icône parmi les icônes - a annoncé le rappel de 785 Porsche 911 GT3, lorsque deux modèles ont pris feu suite à une panne de moteur sans que la cause ne soit encore identifiée.

Comme le rappelait à juste titre Le Monde, la sophistication croissante des moteurs, de même que la recherche du moindre coût expliqueraient en partie ces rappels de voiture à répétition. Conclusion logique : l'industrie automobile va donc devoir passer d'une culture du zéro défaut à une culture du zéro risque. Ce qui signifie clairement que les rappels vont augmenter, non pas parce que les voitures seront moins fiables, mais parce que l'image de marque sera en cause. Tant mieux pour les consommateurs, même si ce coût supplémentaire pour avoir un risque zéro leur sera facturé d'une manière ou d'une autre...

Nos partenaires