Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

15/05/13 à 11:07 - Mise à jour à 11:07

Tout le monde fait des erreurs...

Comme chacun le sait notre nouveau ministre des Finances, Koen Geens, s'est fait recalé dimanche dernier par l'ensemble des partis politiques, qu'ils soient de droite, de gauche, flamands ou francophones, lorsqu'il a émis l'idée de taxer les livrets d'épargne.

Notre ministre des finances vient de commettre sa première bourde: communiquer sur quelque chose d'important sans avoir tâté le terrain auprès des autres partis politiques et durant un week-end. Pour le moment vous savez que ces livrets d'épargne ne sont pas taxés tant que les intérêts de ces livrets ne dépassent pas les 1.880 euros par an. En fait, notre ministre des finances vient de commettre sa première bourde, cet ancien brillant avocat d'affaires et excellent professeur d'université a fait une erreur de débutant : un, communiquer sur quelque chose d'important sans avoir au préalable tâté le terrain auprès des autres partis politiques et deux, il a pêché pour avoir communiqué sur quelque chose d'important durant un week-end, ce qui est un quasi tabou au sein du monde politique belge.

Autre remarque : tout le monde dit, et répète, que l'argent des livrets d'épargne, soit 242 milliards d'euros, dort profondément dans les coffres des banques. Les banquiers disent eux que c'est faux, parce que cet argent ne dort pas mais est réutilisé sous forme de crédits hypothécaire ou de crédits à la consommation, c'est en partie vrai, mais en partie seulement. Primo, parce que les experts savent bien que plusieurs banques belges déposent pour plusieurs milliards d'euros auprès de la banque centrale, c'est donc autant d'argent qui ne va pas dans le circuit économique belge.
Et puis, deuxième bémol, certaines grandes banques belges qui sont des succursales de grands groupes bancaires étrangers, mobilisent une partie de l'épargne belge vers la maison-mère à l'étranger, cela n'est pas illégal mais c'est autant d'argent qui ne va pas renflouer l'économie belge.

Pour le reste, il est clair que le livret d'épargne va rester au coeur de notre actualité. D'abord, parce qu'il rapporte de moins en moins, au point que certains se demandent si nous n'aurons pas bientôt un rendement proche de zéro. Ensuite, parce que si les hommes politiques n'ont pas osé touché à la fiscalité du livret d'épargne, pour des raisons électorales, il faudra bien un jour se poser la question : est-il normal de défiscaliser l'épargne à court terme et de fiscaliser davantage l'épargne à long terme ? N'est-ce pas le contraire qu'il faudrait faire ? N'oubliez pas que le long terme, ce sont nos pensions mais ce sont aussi les crédits d'investissement qui fabriquent notre avenir ; favoriser le court terme au détriment du long terme, c'est une vision de cigale et pas de fourmi...

Nos partenaires