UberPop suspendu à Bruxelles: et maintenant ?
UberPop suspendu à Bruxelles: et maintenant ?
UberPop suspendu à Bruxelles: et maintenant ?
UberPop suspendu à Bruxelles: et maintenant ?
UberPop suspendu à Bruxelles: et maintenant ?
UberPop suspendu à Bruxelles: et maintenant ?
UberPop suspendu à Bruxelles: et maintenant ?
UberPop suspendu à Bruxelles: et maintenant ?
04275812015-10-13 12:05:182015-10-13 12:05:18Trends-TendancesPas de parutionNormalArticleChristophe CharlotPar Christophe CharlotNumerikLeVif Trends

UberPop suspendu à Bruxelles: et maintenant ?

La firme annonce la suspension de son service UberPop dans notre capitale dès cette nuit. Cela signifie-t-il que le géant américain abandonne notre marché ? Loin de là : la firme conserve une activité à Bruxelles et laisse entendre d'autres développements belges. Analyse.

yesCaroline Lallemand2015-10-13 12:05:32http://trends.levif.be/economie/high-tech/numerik/uberpop-suspendu-a-bruxelles-et-maintenant/article-normal-427581.htmlhttp://m.trends.levif.be/economie/high-tech/numerik/uberpop-suspendu-a-bruxelles-et-maintenant/article-normal-427581.htmlhttp://trends.levif.be/economie/high-tech/numerik/http://m.trends.levif.be/economie/high-tech/numerik/
UberPop suspendu à Bruxelles: et maintenant ?

Le trublion du transport de personnes a confirmé la suspension du service UberPop dans notre capitale, après la décision du tribunal de commerce rendant le service illégal. La société américaine avait 21 jours pour se mettre en conformité et donc... suspendre ses activités, sous peine de saisie des véhicules et amende de 10.000 ¤ par véhicule pris en infraction. Mais l'un des responsables européens de la firme, Mark MacGann, vient d'annoncer à la RTBF la suspension du service dès ce soir à 23h59. Uber avait jusqu'au 19 octobre et semble donc vouloir anticiper.

UberX : succès mitigé

Cela veut-il dire que la start-up du transport quitte notre capitale ? Pas si vite ! Uber a lancé en septembre UberX permettant à des chauffeurs professionnels d'exercer sur sa plateforme (tandis que UberPop -actuellement interdite- permettait à des particuliers d'endosser le rôle de chauffeur). UberX s'est lancé en septembre avec une dizaine de chauffeurs.

Fin septembre, nous avions questionné Mark MacGann sur le développement de UberX. Il nous expliquait: "la législation étant tellement contraignante et protectionniste dans ce domaine, nous essayons d'aider un maximum de personnes qui souhaite devenir chauffeur professionnel (sur UberX, ndlr) d'avoir accès à la profession. Devenir indépendant ou indépendant complémentaire reste encore un parcours du combattant pour beaucoup de Bruxellois qui souhaitent travailler en tant que conducteur VTC (professionnel). Il est impératif que le ministre de l'Emploi propose au gouvernement d'assouplir certaines contraintes qui ne servent pas l'intérêt public, notamment en matière de connaissances de gestion, pour des personnes qui voudraient gagner leur vie en aidant les Bruxellois à mieux se déplacer. Avec plus de 20% de chômage à Bruxelles, l'heure est à l'action gouvernementale, car les débats ont duré suffisamment longtemps. ".

A lire entre les lignes, on comprend vite que UberX est loin d'être un carton pour l'instant, même si le responsable de Uber confie que "le service commence bien, il y a énormément de demandes." Il ne communique toutefois aucun chiffre pour l'instant sur le nombre de chauffeurs UberX, alors que la firme avançait le nombre de 1.000 chauffeurs particuliers UberPop à Bruxelles.

Bruxelles, Charleroi, Anvers, Liège,... ?

Quelles sont donc les options pour Uber en Belgique ? Dans notre capitale, la firme va continuer à exercer UberX et va essayer de faire croitre le service. Mais l'équation n'est pas aussi simple que UberPop car les chauffeurs pro coûtent plus chers. Et au prix UberX, tous ne se montrent pas aussi intéressés... Sans oublier qu'un doute subsiste sur la véritable légalité de UberX. Certains responsables de taxis pensent que UberX c'est du taxi déguisé en limousine (lire ici).

Il reste l'option législative. Depuis de nombreux mois, le ministre Smet a commencé à plancher avec les responsables bruxellois sur une nouvelle règlementation qui pourrait permettre, à certaines conditions, à Uber de proposer ses services à Bruxelles. Législation qui peine cependant à se concrétiser.

Restent les autres villes. Car si Uber est interdit à Bruxelles, ce n'est pas (encore ?) le cas ailleurs. Rien n'empêcherait à Uber de poursuivre sa stratégie d'occupation du territoire avec UberPop : se lancer et opérer en attendant les actions en justice. C'était jusqu'ici la stratégie de Uber partout en Europe. Mais la donne change furieusement dans les différents pays européens où "Pop" est cible de nombreuses décisions contraires. D'ailleurs, cela fait des mois que le géant américain annonce l'ouverture d'autres villes belges. Tout récemment encore, Uber évoquait des villes comme Anvers, Charleroi ou Liège. Mais rien n'arrive pour l'instant. Et puis, avec quel service ? Les particulier de UberPop ou les pros de UberX ? Pour l'instant, la stratégie de Uber chez nous n'est pas encore très claire... Mais nul doute que la firme tentera de prendre le marché par surprise. Cela a toujours été son marketing jusqu'ici...

185charlot-christopheJournaliste chez Trends TandanceCharlotChristophereporter/assets/164/avatar_84103.jpghttp://trends.levif.be/economie/auteurs/christophe-charlot-185.htmlhttp://m.trends.levif.be/economie/auteurs/christophe-charlot-185.htmluberuberpopuberx
Pas de "liberté d'entreprendre" qui compte, UberPop interdit en France
Pas de "liberté d'entreprendre" qui compte, UberPop interdit en France
Pas de "liberté d'entreprendre" qui compte, UberPop interdit en France
Pas de "liberté d'entreprendre" qui compte, UberPop interdit en France
Pas de "liberté d'entreprendre" qui compte, UberPop interdit en France
Pas de "liberté d'entreprendre" qui compte, UberPop interdit en France
Pas de "liberté d'entreprendre" qui compte, UberPop interdit en France
2191947Excellente réponse, eric hourant, mais nos politiques sont asservis aux diktats des mafias monopolistiques, La cigarette est un autre exemple = nocive, fait plus de morts que la route, mais on refuse d'augmenter les prix, ou de l'interdire = sous la coupe des fabricants de tabac !!! Même approche, mêmes décisions. Le citoyen, ils s'en fichent complètement.2015-09-23 12:43:24Michel Brasseur191859Je ne suis pas convaincu que cette décision aille dans le bon sens. Les sites internet du type de celui d'Uber ne sont qu'à leurs débuts (Airbnb, BlaBlaCar, eBay, ...). Et, en soi, ils ne sont pas une mauvaise chose si cela peut faciliter notre vie à tous. Le seul problème est que pour la plupart des "prestataires", ce sont des opportunités de rentrées financières non déclarées qui constituent une fraude fiscale et sociale et favorisent le travail en noir. Sans même aborder le sujet de la concurrence vis-à-vis des entreprises dûment agrées qui payent (en principe) leurs taxes, leurs impôts et leurs charges sociales. L'état se trompe de cible. Ce n'est pas à Uber qu'il faut s'en prendre mais bien à tous ses prestataires. En agissant de la sorte, l'état rame à contre-courant.2015-09-23 10:31:00eric hourant4200752015-09-23 06:52:262015-09-23 06:52:27BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifEntreprisesInternationalLeVif Trends

Pas de "liberté d'entreprendre" qui compte, UberPop interdit en France

Le Conseil constitutionnel français a confirmé mardi l'interdiction du service controversé UberPop, en rejetant les arguments sur la "liberté d'entreprendre" soulevés par le géant américain de véhicules de transports avec chauffeurs (VTC) Uber.

yesCaroline Lallemand2015-09-23 06:52:44http://trends.levif.be/economie/entreprises/pas-de-liberte-d-entreprendre-qui-compte-uberpop-interdit-en-france/article-normal-420075.htmlhttp://m.trends.levif.be/economie/entreprises/pas-de-liberte-d-entreprendre-qui-compte-uberpop-interdit-en-france/article-normal-420075.htmlhttp://trends.levif.be/economie/entreprises/http://m.trends.levif.be/economie/entreprises/http://www.levif.be/actualite/international/http://m.levif.be/actualite/international/
Pas de "liberté d'entreprendre" qui compte, UberPop interdit en France

La plus haute juridiction française, qui devait initialement se prononcer mercredi, a confirmé la constitutionnalité d'une loi d'octobre 2014 qui encadre le secteur du transport de personnes et renforce les sanctions contre les contrevenants.

Le Conseil constitutionnel a notamment déclaré conforme à la Constitution un article du code des Transports qui condamne "le fait d'organiser un système de mise en relation de clients avec des personnes qui se livrent" au transport de passagers à titre onéreux sans être une entreprise de transport. Cette infraction est passible de deux ans d'emprisonnement et de 300.000 euros d'amende.

Il a également estimé que cette disposition n'avait "ni pour objet ni pour effet" d'interdire le covoiturage, comme l'affirmait la firme californienne. "Avec cette décision, l'essentiel des dispositions" de cette loi "est validé", un seul de ses articles ayant été censuré, ont souligné dans un communiqué commun les ministres Emmanuel Macron (Economie) et Bernard Cazeneuve (Intérieur), et le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies.

A l'audience du 15 septembre, l'avocat d'Uber, Me Hugues Calvet, avait plaidé que "l'ensemble du secteur du partage dans le domaine automobile tombe sous le coup de cette disposition", comme le covoiturage, et estimé qu'elle constitue "une atteinte à la liberté d'entreprendre" garantie par la Constitution.

UberPop, offre à prix cassés dont les chauffeurs ne sont pas des professionnels mais de simples particuliers, concentrait la colère des organisations de taxis et des autres entreprises de VTC, qui l'accusaient de concurrence déloyale. Ce service, qu'il ne faut pas confondre avec l'offre VTC d'Uber, avait été "suspendu" début juillet par le groupe américain, dans l'attente de la décision. Le tout dans un contexte de manifestations de taxis émaillées de violences et d'une accentuation de la répression, gardes à vue et saisies de véhicules à la clé.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://trends.levif.be/economie/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.trends.levif.be/economie/auteurs/le-vif-77.htmluberuberpopfrance