Christophe Lacroix: "Bruxelles jette les bases d'une concurrence fiscale"

Christophe Lacroix: "Bruxelles jette les bases d'une concurrence fiscale"

Le ministre wallon du Budget Christophe Lacroix n'apprécie pas que la Région bruxelloise planche, sans concertation, sur son propre Tax Shift: "Engager une réforme sans concertation avec la région voisine, c'est jeter les bases d'une concurrence fiscale."

L'immobilier au coeur du futur tax shift bruxellois

L'immobilier au coeur du futur tax shift bruxellois

Suppression du bonus logement, augmentation de l'abattement des droits d'enregistrement, baisse des droits de donation... Le futur tax shift bruxellois devrait en grande partie s'articuler autour de mesures touchant l'immobilier, si l'on en croit les recommandations des experts fiscaux indépendants transmises au gouvernement.

'Le tax shift est plus social qu'on ne le croit'

'Le tax shift est plus social qu'on ne le croit'

Marc De Vos - "La réforme fiscale est également une réforme du financement de la sécurité sociale qui est historiquement surtout subsidiée par le travail", estime Marc De Vos, directeur d'Itinera et professeur à l'Université de Gand.

'La "révolution fiscale" touche à moins de 1% du budget...'

'La "révolution fiscale" touche à moins de 1% du budget...'

Lire la chronique de Thierry Afschrift - Le gouvernement paraît très fier de son oeuvre budgétaire, volontiers présentée comme une vraie réforme fiscale. Pourtant, le glissement de 7,2 milliards d'euros annoncé est en réalité bien peu de chose.

Un trou de 82 millions d'euros dans le tax shift

Un trou de 82 millions d'euros dans le tax shift

Les rentrées et les économies prévues dans le tax shift du gouvernement Michel ne sont pas suffisantes pour couvrir les dépenses, rapportent mercredi Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Tax shift: le diesel sera encore plus cher que prévu

Tax shift: le diesel sera encore plus cher que prévu

Le diesel sera plus cher que prévu, indique mercredi Het Laatste Nieuws. Le gouvernement a décidé à la fin du mois de juillet de relever les accises sur le diesel dans le cadre du tax shift et du contrôle budgétaire.

À qui profite vraiment ce 'tax shift'

À qui profite vraiment ce 'tax shift'

Lire la chronique d'Amid Faljaoui - Les membres du gouvernement en parlaient depuis des mois, mais le citoyen ne voyait rien venir. Et puis, patatras, c'est ce jeudi à l'aube que la coalition gouvernementale a enfin trouvé un accord sur le fameux "tax shift" - ce glissement de la fiscalité destiné à alléger le coût du travail, mais en le compensant par une hausse d'autres impôts notamment sur le patrimoine.

'Que signifie une baisse des charges pour les bas salaires ?'

'Que signifie une baisse des charges pour les bas salaires ?'

Comeos, la fédération du commerce et des services, a fait part vendredi de ses doutes quant à l'impact de la baisse des cotisations patronales sur l'emploi, lorsque ces cotisations concernent les bas salaires.

"Le tax shift se fera insuffisamment sentir" dans la construction

"Le tax shift se fera insuffisamment sentir" dans la construction

La diminution des coûts salariaux prévue par le tax shift du gouvernement fédéral, annoncé jeudi, se fera insuffisamment sentir dans la construction, regrette la confédération du secteur dans un communiqué. "Seule une baisse des charges de six euros de l'heure est de nature à sauvegarder l'emploi dans la construction", a-t-elle calculé.

Comment le gouvernement place la balle dans le camp des entreprises

Comment le gouvernement place la balle dans le camp des entreprises

La coalition de Charles Michel baisse substantiellement le coût du travail. Elle espère maintenant que les entreprises saisiront l'occasion pour investir et créer de l'emploi. Les mesures sont notamment financées par le retour d'une TVA à 21% sur l'électricité et une hausse du précompte mobilier de 25 à 27%.

À qui va vraiment profiter un tax shift ?

À qui va vraiment profiter un tax shift ?

Lire la chronique de Thierry Afschrift - Les grandes idées de réforme fiscale, très vaguement annoncées par le gouvernement dans son programme, semblent actuellement se limiter à un prétendu "glissement fiscal", dont la portée maximale annoncée devrait être de 5 milliards d'euros, soit environ 1,5 % seulement du PIB.

Une reprise économique réelle mais fragile, un tax shift indispensable, estime la FEB

Une reprise économique réelle mais fragile, un tax shift indispensable, estime la FEB

Poussés entre autres par des facteurs contextuels externes favorables, comme l'affaiblissement de l'euro face au dollar ou la chute des prix pétroliers, près de 40% des secteurs interrogés par la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB) s'attendent à une amélioration de l'activité économique au cours du second semestre 2015.

Qui veut encore du tax shift ?

Qui veut encore du tax shift ?

Plus l'échéance approche et plus la majorité fédérale semble avancer à reculons vers le tax shift.

Le tax shift déchire une fois de plus la majorité

Le tax shift déchire une fois de plus la majorité

Le président de la commission des Finances et du Budget Eric Van Rompuy (CD&V) a tenu mercredi à repréciser les balises de son parti en vue du tax shift après des déclarations de la N-VA et de l'Open Vld appelant à de nouvelles coupes dans les finances publiques et la Sécurité sociale.

'Les victimes de l'Etat providence seront toujours ceux qui font vivre le pays'

'Les victimes de l'Etat providence seront toujours ceux qui font vivre le pays'

Lire la chronique de Thierry Afschrift - Les partis de la majorité disent s'attaquer à trois obstacles successifs en matière fiscale. Mais en réalité, il s'agit de conserver un système d'Etat dépensier et ultra-taxateur, sans en modifier la substance ni même en corriger les défauts.