La préparation de l'entrée en bourse de Belfius aura coûté 10 millions d'euros

La préparation de l'entrée en bourse de Belfius aura coûté 10 millions d'euros

Les coûts de la préparation de l'introduction en Bourse de Belfius se situeront autour de 10 millions d'euros, selon une réponse du ministre fédéral des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) à une question parlementaire de Georges Gilkinet (Ecolo), relayée vendredi par La Libre Belgique.

Un plantureux rendement de bénéfice

Un plantureux rendement de bénéfice

C'est par le biais d'un ratio basique mais peu usité que Belfius démontre le caractère incontournable des actions européennes dans un portefeuille.

Assureurs et banquiers face à l'intelligence artificielle

Assureurs et banquiers face à l'intelligence artificielle

La nouvelle économie numérique, dopée par l'intelligence artificielle, ouvre un éventail de possibilités inédites pour les métiers de l'assurance et de la banque. Telles ont été les conclusions de l'un des nombreux panels de discussion organisés dans le cadre de notre traditionnelle Trends Summer University. Morceaux choisis.

Pourquoi les marchés se ferment devant l'entrée en Bourse de Belfius (Zone + Trends)

Pourquoi les marchés se ferment devant l'entrée en Bourse de Belfius (Zone + Trends)

A moins d'un virage de dernière minute lors des négociations budgétaires de juillet, l'introduction en Bourse de 30 % du capital de Belfius ne se fera pas cette année. En cause, un casse-tête politique toujours non résolu, l'intransigeance du droit européen et la fermeture progressive des marchés financiers.

Moins d'effectifs dans les administrations communales

Moins d'effectifs dans les administrations communales

Le nombre d'équivalents temps plein a très légèrement baissé entre 2012 et 2017 dans les administrations communales de Belgique pour atteindre 220.458 ETP. Aussi légère soit-elle (-0,1%), il s'agit de la première baisse ou stabilisation des effectifs depuis la fusion des communes fin des années '70, ressort-il de l'étude de Belfius sur les finances locales 2018, présentée mardi à Bruxelles.

"Il faut revenir à la banque au service de tous"

"Il faut revenir à la banque au service de tous"

Paul Jorion - La légende veut que les investisseurs se privent de sommes dont ils disposent et doivent légitimement être rémunérés pour le sacrifice qu'ils consentent. Or, s'il s'agissait pour eux ou elles véritablement d'un sacrifice, gageons qu'ils n'y consentiraient pas...

Pourquoi Arco empoisonne le gouvernement

Pourquoi Arco empoisonne le gouvernement

Sans une solution pour le dossier Arco, Belfius n'ira pas en Bourse. Mais comment contenter à la fois la Commission européenne, toutes les composantes du gouvernement, les coopérateurs d'Arco et Belfius ?

La Belgique présente à l'Europe une solution chiffrée au dossier Arco

La Belgique présente à l'Europe une solution chiffrée au dossier Arco

Le Premier ministre Charles Michel a présenté à la Commission européenne une proposition formelle de solution dans le dossier Arco. Cette proposition n'a toutefois pas été discutée au sein du gouvernement, rapportent mardi De Tijd et L'Écho.

Bancontact et Payconiq Belgium vont fusionner

Bancontact et Payconiq Belgium vont fusionner

Bancontact Company et Payconiq Belgium ont annoncé ce mardi leur intention de fusionner pour former une seule société, Bancontact Payconiq Company.

Pourquoi la bancassurance cartonne

Pourquoi la bancassurance cartonne

Alors que certains s'en sont éloignés, la bancassurance apparaît aujourd'hui comme le modèle gagnant dans le paysage financier belge. En témoignent les bénéfices engrangés en 2017 par Belfius et KBC, deux machines qui tournent à plein régime.

Pourquoi amputer l'Etat de son bras financier ?

Pourquoi amputer l'Etat de son bras financier ?

Pierre-Henri Thomas - Dans un article du Standaard, deux députés libéraux flamands, Luk Van Biesen et Dirk Van Mechelen, suggèrent de mettre en Bourse une partie substantielle du capital de la SFPI, le "bras financier de l'Etat", dont le bilan dépasse 2,2 milliards d'euros.

Les applis mobiles sont-elles vraiment condamnées ?

Les applis mobiles sont-elles vraiment condamnées ?

Assistants vocaux, fonctionnalités des messageries, "chatbots", saturation des smartphones, etc. Les innovations suceptibles d'entraîner la mort des applications mobiles semblent nombreuses. Mais derrière les grandes formules, qu'en est-il vraiment du marché des applis ?