La Nouvelle-Calédonie, l'éblouissant caillou du Pacifique

19/03/17 à 09:23 - Mise à jour à 10:49
Du Trends-Tendances du 16/03/17

Les indépendantistes l'appellent Kanaky, en évoquant le peuple autochtone. Les expats disent le Territoire, comme un lien rassurant avec la France. Et les Caldoches, présents depuis des générations, le surnomment affectueusement le Caillou. Même si l'atout touristique de la Nouvelle-Calédonie réside dans ses paysages, cette beauté naturelle n'est rien sans ceux qui foulent sa terre rouge et ses plages blanches.

Nouméa est une capitale agréable, pensée pour ses expats. Les enfants vont jouer dans la baie des Citrons après l'école et on se réunit le samedi sur la place des Cocotiers pour faire une pétanque et siroter un pastis. Les " en poste " aiment ses supermarchés made in France. Les locaux l'appellent Nouméa la blanche. Ce n'est qu'au marché de Moselle, au milieu des légumes et des poissons, que les Zoreilles (nés en France) se mêlent aux Caldoches (descendants des colons) et aux Kanaks (population autochtone) - dont la culture en ville semble confinée au Centre culturel Tjibaou et à son formidable Chemin kanak, mythique et botanique. Les visiteurs comprennent vite que c'est en brousse, dans les montagnes, dans les îles, et de préférence en tribus, que se niche le bijou du caillou.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires