Knokke as friend

Dans un grondement sourd de félin en chasse, l'Abarth 595 Pista rouge feu se gare sur le parking du Zwin à Knokke. Par respect pour la nature, le pied droit se contentera en ces lieux d'une caresse légère sur l'accélérateur. Avant de tester la bombinette italienne dans les rues de la station balnéaire si chère à son coeur, Nathan Ambach, de son nom de scène N8N, sirote son cappuccino en observant les cigognes et les bruyantes oies du Canada. " Knokke a tout pour plaire, sauf un festival de jazz. S'ils m'appellent, je serai partant ! "

Texte Dirk Remerie/ Photo's Thomas De Boever

Knokke as friend

Le Zwin Parc Nature, qui se définit lui-même comme " aéroport international pour les oiseaux ", est pour Nathan Ambach le point de départ rêvé d'une plongée dans son histoire personnelle avec la cité balnéaire. Le fils de Paul Boogie Boy Ambach - un signalement autorisé puisque, après avoir été élu Abarth Best Dressed Man 2017, il avait confié à Trends Style : "Je serai toujours associé à mon père mais je considère cela comme positif" - vient de revenir du Cap - son second chez-soi - où il était présent à l'International Cape Town Jazz Festival.

Partager

Ce que les étrangers ne peuvent pas toujours bien comprendre car il ne s'agit certainement pas de l'endroit le plus exotique de la planète

Le Cap reste pour l'heure très présent dans les pensées de Nathan Ambach: une fuite d'eau a été signalée dans l'appartement qu'il y possède et le contraint à quelques appels longue distance. Mais sans stress aucun. " Comment éprouver du stress dans cette magnifique nature du Zwin? Je me verrais bien posséder ici une petite ferme et m'y réfugier régulièrement pour échapper à l'agitation de la vie urbaine. Peut-être devrais-je faire construire un petit studio d'enregistrement. Ce n'est pas loin d'Anvers. En chemin, on se sent déjà devenir un autre homme. En une heure à peine, on se retrouve dans un autre monde. Ce que les étrangers ne peuvent pas toujours bien comprendre car il ne s'agit certainement pas de l'endroit le plus exotique de la planète. "

Mais il est plein de souvenirs de jeunesse...

Nathan Ambach: " C'est ce qui fait que Knokke fera toujours partie de moi. Il s'agit d'un vrai lien émotionnel, d'amitié. Lorsque j'étais jeune, mes amis se rejoignaient ici durant les dernières semaines d'été. Fin août, nous nous revoyions enfin et c'était très particulier. Il y avait toujours quelque chose à y faire. Fort heureusement, car nous avions alors du temps à revendre. Par beau temps, on nous trouvait sur la digue, sur le terrain de football, sur la plage ou à la piscine Binnenhof au Zoute - aujourd'hui disparue, hélas. Lorsque le soleil n'était pas au rendez-vous, nous allions au karting, au cinéma ou au Luna Park. Knokke a l'avantage d'être une cité balnéaire conviviale: rien n'est très éloigné et l'on peut se rendre partout à vélo. Lorsque j'ai été un peu plus âgé, j'ai été attiré par la fabuleuse vie nocturne de Knokke ".

Qui vous a fait croiser vos premières petites amies...

" Ah, ces passionnantes premières fois. La première sortie. Les premières petites amies. Les premiers vrais étés, en réalité. La vie d'un tout jeune garçon tourne autour du football, du kart et des jeux de plage. Et des légendaires gaufres de Siska, bien sûr - en forme de coeur et garnies d'une montagne de crème fraîche. A partir de l'âge de 16 ans, tout commence à s'emballer, à devenir soudainement nouveau et très passionnant. Sans que l'on sache très bien encore ce qui va arriver. Aujourd'hui, tout va davantage de soi. "

Knokke as friend

" Plus tard, il y a eu pour moi une troisième découverte: le Knokke de l'art. Le Casino abrite une fresque murale de René Magritte (Le Royaume enchanté) et un lustre monumental. Et, depuis l'an dernier, une oeuvre superbe, pleine de figures joyeuses, décore les murs extérieurs du Kitsch Club à côté du Casino. Elle est signée Monsieur André (alias André Saraiva), un ancien propriétaire de club qui s'est transformé en artiste graffeur réputé et qui continue de marquer la vie nocturne de Knokke de son empreinte. "

Partager

Cela fait des années que je roule avec une boîte automatique, mais quel plaisir, même bref, de monter dans les tours et de pouvoir jouer avec le frein moteur.

Il est grand temps de prendre place derrière le volant et de lâcher les 160 fougueux chevaux qui sommeillent sous le capot de l'Abarth 595 Pista. " Cela fait des années que je roule avec une boîte automatique, mais quel plaisir, même bref, de monter dans les tours et de pouvoir jouer avec le frein moteur. Je suis un conducteur calme par nature, mais là, je dois avouer que je m'éclate ! "

Avant d'arriver dans le centre de Knokke, Nathan fait plusieurs fois le tour de la place Maurice Lippens. La raison de ce manège, c'est le Beach Castle de l'artiste français Jean-François Fourtou, qui y sera installé tout l'été dans le cadre du festival d'art contemporain Beaufort. " L'art doit susciter des émotions. C'est une bonne idée de le faire dans un endroit inattendu, comme ici. Après ces quelques tours, j'en suis désormais sûr : je suis fan ! " Nous nous arrêtons au casino.

Lorsque vous évoquez cette vie nocturne, votre regard s'illumine.

" Elle est assez fabuleuse. Lorsque j'ai commencé à sortir, Knokke comptait pas mal de clubs plutôt nouveaux - le Number One, le Scoop. Nous y avons vécu de beaux moments. Et durant de nombreux étés, j'ai joué, organisé et animé des soirées au Kitsch Club à l'arrière du Casino. L'ambiance y était toujours excellente. J'y prévois une prestation live cette année également. Là, ou au Calypso voisin. Ce quartier du Casino et des clubs demeure un sanctuaire connu de tous. Nos premières grandes fêtes - les Mob Nights -, nous les avons données au Knokke Out. Inspirées, comme on peut s'en douter, par Le Parrain et d'autres films de gangsters. Chacun y venait déguisé selon ce thème. Lorsqu'on avait également un pied dans la vie nocturne anversoise, il était assez facile de mobiliser suffisamment de public. En été, tout Anvers se retrouve à Knokke. "

Knokke était " Anvers Plage "...

" En quelque sorte. Et il était facile de faire la promotion de nos fêtes: il suffisait d'aller distribuer des flyers sur la digue ou sur la plage Viaene. Nous étions quasi sûrs d'y croiser le public souhaité. "

Knokke as friend

Est-ce la raison pour laquelle Knokke figure en tête de votre liste de stations balnéaires belges?

" C'est à Knokke que j'ai passé le plus de temps. J'ai toujours eu l'impression que beaucoup de choses y étaient possibles et que l'on y accordait beaucoup d'attention à la jeunesse et à la vie nocturne. C'était déjà le cas lorsque mon père était jeune. Un véritable âge d'or - Diana Ross, Nat King Cole et Frank Sinatra se sont produits au Casino. Je n'y ai pas vu des artistes d'un tel calibre mais j'aime cette aura de légende, ce charme, cette âme qui émane du Casino. "

" Depuis plusieurs années, je défends l'idée que la seule chose qui manque à Knokke est un festival de jazz. Je le verrais comme tel: des scènes dans quelques petites salles du Casino et un grand chapiteau sur la place. Je suis un passionné de festivals de jazz. Je me suis produit à Tomorrowland mais je commence à trouver ce genre d'événements trop intensif, too much - je n'ai plus 20 ans. Dans un certain sens, le jazz fait figure de luxe. Avec pour conséquence que le prix des billets peut être un peu plus élevé et que le public s'applique à bien s'habiller. J'apprécie. Un festival de jazz est un événement plus agréable que la moyenne des festivals. Et, très généralement, son public est également amateur de mets et de boissons de qualité. De plus, il reste possible, dix minutes avant l'entrée en scène d'un artiste, d'y trouver une bonne place sans risquer d'être écrasé par la foule. Le North Sea jazz Festival à Rotterdam demeure mon favori. Mais le Gent Jazz Festival au Bijloke est un summum, lui aussi. Un tel type de festival pourrait créer de la magie à Knokke également. On peut m'appeler, je suis disponible. Plus j'avance en âge, plus je me dis que je n'ai plus précisément besoin de me retrouver à Rock Werchter. Il y a beaucoup à découvrir en jazz, chacun peut y trouver ce qui lui plaît. Beaucoup pensent que j'en fais, mais il s'agit plutôt de soul et de funk avec des influences blues, pop et rock. "

Et cela vaut aussi pour votre nouvel album, Second to None.

" Musicalement, je suis toujours en quête de nouveaux défis. Mon album précédent, Better Call Soul, était un hommage à la musique soul des années 1970, 80 et 90. J'ai travaillé avec un producteur et une équipe d'auteurs de Los Angeles. Ils ont déterminé la couleur sonore, en se basant sur la musique que j'ai en moi - de la soul et du blues avec des influences pop, rock et même reggae. En réalité, Second to None, qui comprend cinq titres, existe déjà depuis deux ans - l'intention de départ était d'aboutir à un album complet. Pour le produire, j'ai créé mon propre label, The Love Below Records. C'est toujours un peu étrange, parce qu'au moment où l'on présente un nouvel album au public, on est déjà occupé à travailler sur autre chose. "

Partager

Plus j'avance en âge, plus j'apprécie le minimalisme

Un album est par définition un regard sur le passé.

" Toujours. Il s'apparente à un instantané photographique. Second to None décrit précisément la manière dont je me sentais il y a deux ans. C'est ce que j'entends par étrangeté: je me préoccupe d'autres choses et je ne ressens plus du tout ce que j'éprouvais alors. "

Avez-vous défendu les couleurs du Best Dressed Man Award ces derniers mois?

" Il m'a fallu faire de mon mieux. Anvers est petit et lorsqu'on reçoit un tel prix, il faut satisfaire au standard. Je trouve cela assez génial parce que la musique et le style vont de pair. Aujourd'hui, je porte un veston vintage, combiné à de nouvelles pièces. Je ne suis pas obsédé par les vêtements mais j'estime que tout doit s'accorder. Sur scène, je porte toujours un costume - c'est mon truc. La tenue doit être au point jusque dans les moindres détails. Ce qui ne signifie pas qu'elle ait besoin d'être chic. Le noir et blanc est ce que je préfère. Même si les coupes et la longueur des vestons se modifient au fil des ans, cela reste intemporel. Plus j'avance en âge, plus j'apprécie le minimalisme. Je me suis défait de tous mes T-shirts avec imprimés, à l'exception de quelques-uns. Mais, selon moi, les vêtements affichant des citations sont encore pires - tellement clichés. L'on se sent presque obligé de les lire à chaque fois... Bien sûr, tout cela n'est qu'une opinion personnelle. Mais ce qu'il y a de bien dans la mode, c'est qu'il n'y a pas de règles, tout comme en musique. On peut combiner ce que l'on veut. Dans la mesure où un homme ne peut guère porter d'accessoires, je suis quelque peu un fétichiste de la chaussure. "

Et cette bague?

" Elle est belle, non? Je l'ai reçue pour mon anniversaire. De mon amie. J'aime cet or. Il s'agit d'une bague vintage signée Versace. Quant à cette Rolex, je l'ai piquée à un ami. Je l'avais essayée et lorsque je suis rentré chez moi, j'ai remarqué qu'elle était toujours à mon poignet. Mon ami est au courant. C'est un très beau modèle qui a pour nom "Hulk" - il possède une lunette verte. Normalement, je porte une montre plus fine et plus légère. L'avantage de ce modèle volumineux est que l'on n'oublie pas qu'on l'a au poignet. C'est une montre fantastique mais je ne m'empresserais pas d'en acheter une. Lorsqu'on ne possède qu'un seul exemplaire d'un objet, on l'aime davantage. J'essaie d'en faire ma devise afin de ne pas trop m'encombrer. "

Vous devenez plus sobre au fil du temps. Comment cela finira-t-il?

(Rires) " D'ici peu, je vivrai comme Steve Jobs dont la maison ne comptait que peu de meubles. "

ENVIE D'UN ESSAI ROUTIER CET ÉTÉ

Pour ce reportage, Nathan Ambach a rejoint et sillonné Knokke à bord d'une Abarth et s'est montré ravi de cette voiture. Peut-être le Trends Style du mois de septembre relatera-t-il votre histoire. Participez au concours et offrez-vousla chance de vous balader à bord de votre voiture de rêve durant un week-end de juillet 2018.

Abarth est née de l'imagination et du courage de Karl Abarth. Son histoire est riche de records et de grandes innovations. C'est celle d'un homme et de ses voitures uniques en leur genre. Celles-là mêmes qui ont marqué le sport automobile italien et international. La marque Abarth demeure unique par son ADN. Elle est synonyme de performance, de grand plaisir de conduite et de sportivité

L'histoire du Scorpion se poursuit en relevant de nouveaux défis, en continuant à créer des voitures remarquables et en procurant de belles émotions à quiconque a l'honneur de les conduire.

Participez au concours et partagez votre expérience avec les amis et la famille.

Nos partenaires