Trends Style

Miami? Very Smart

22/12/16 à 10:28 - Mise à jour à 13:05

Une Européenne à Miami. Venue d'ailleurs mais s'intégrant parfaitement à son nouvel environnement. Dans cette agglomération follement dense, aucune voiture n'est plus dans son élément que la version électrique de la nouvelle Smart Fortwo de Mercedes-Benz. Trends Style l'y a testée.

Miami? Very Smart

La Smart à Miami. © Smart

Il y a un peu plus de 30 ans, Sonny Crockett et Rico Tubbs, les deux flics de Miami, éliminaient chaque semaine quelques trafiquants de drogue et autres canailles. Tout en prenant le temps de rouler à tombeau ouvert en Ferrari et de se détendre à bord de leur hors-bord sur le pont duquel paradaient une blonde et une brune. Série télévisée novatrice, Miami Vice a surtout situé Miami sur la carte du monde.

Premier arrêt à bord de la Smart électrique sur la mythique avenue Ocean Drive pour une conversation avec un policier, dont l'anglais US est mâtiné d'un accent espagnol prononcé. Un Hispanique, comme 54 % des policiers de Miami. Il faut dire que ce n'est qu'en 1821 que l'Espagne a cédé à l'Amérique cette ville qui, jusque-là, n'était qu'une sorte de colonie de peuplement. A 1 % près, la population de Miami est calquée sur le modèle du MPD (Miami Police Department): 55 % sont des Hispaniques, venus d'Amérique latine ou de Cuba, 15 %, des Blancs et 30 %, des Noirs.

OBJECTIF ? TOUJOURS MOINS D'ÉMISSIONS

Mais pourquoi venir essayer ici la nouvelle Smart Fortwo Electric Drive ? Parce que Miami est la 4e plus grande ville des Etats-Unis, comptant 2,2 millions d'habitants - 5,5 millions, banlieue comprise. Ses artères très encombrées constituent le terrain idéal pour tester la Smart, " mère " des voitures de ville et détentrice de records - son rayon de braquage d'un peu moins de 7 mètres et sa longueur d'à peine 2,7 mètres. Ce qui lui permet de se garer dans le moindre emplacement. De plus, elle peut à présent être propulsée entièrement à l'électricité, sans émettre le moindre gramme de CO2. Ni de particules. La Smart Fortwo Electric Drive est une voiture zéro émission.

Miami est la 4e plus grande ville des États-Unis. Et les mégapoles sont le biotope idéal de la Smart.

Les habitants des grandes agglomérations urbaines revendiquent de plus en plus un environnement purifié. Une ville exempte de CO2 est non plus une hypothèse mais une exigence. Et les autorités embrayent. A Londres, du lundi au vendredi, une taxe d'émission de 11,5 £ par jour est perçue pour chaque voiture à moteur à combustion pénétrant dans le centre. A Mexico City, chaque voiture porte un autocollant de couleur. Selon celle-ci, elle sera autorisée à entrer tel jour dans la ville. La Norvège, elle, envisage de ne plus tolérer que les voitures électriques dans les grands centres à partir de 2025.

D'excellentes nouvelles pour les Smart, de plus en plus présentes dans certaines villes. A Hambourg, leur nombre peut s'élever à plus de dix dans une seule rue. A Milan, elles cohabitent avec les scooters. Et Rome est une championne absolue, les revendeurs locaux en ayant déjà vendu plus de 120.000. Annette Winkler, directrice générale de Smart : " La marque a enregistré une croissance de 19 % depuis le début de l'année dans le monde entier. Il ne faudra plus attendre très longtemps avant que la deux millionième Smart quitte les chaînes de montage. "

Et ce sera, à n'en pas douter, un modèle électrique. En Allemagne, il en existe déjà une version à un prix très abordable - un peu plus de 21.000 euros. Les autres petites voitures électriques apparues ces dix dernières années coûtaient au moins 10.000 euros de plus, soit un prix trop élevé pour qu'un tel concept puisse s'imposer. Smart l'a réduit pour le rendre abordable.

ART ET DÉLITS

Au coin de l'Ocean Drive et de la 7th Street, l'officier de police s'intéresse à la voiture. Il faut dire que le MPD a commandé une centaine d'exemplaires de la Smart Fortwo électrique. " Really looking forward to that little thing. Tell me, how does it feel, driving an electric car ? "

Quelque 100 exemplares de la Smart électrique ont été commandés par le Miami Police Department.

Que dire ? Déconcertant. C'est comme si l'on débarquait dans un autre monde. On met le contact et l'on n'entend rien. Un moteur électrique ne tourne pas si l'on n'accélère pas. Mais il est prêt à démarrer. En 4,9 secondes à peine, la Smart passe de de 0 à 100 km/h, grâce au couple maximal de ce moteur - lorsque la source d'énergie fournit sa plus grande force de traction. Dans les moteurs à combustion traditionnels, ce point se situe quelque part entre 1.700 et 2.500 tours/minute. L'aiguille du compte-tours doit monter aussi haut pour que se crée un équilibre réussi entre le pied droit et la machine. En revanche, un moteur électrique fournit d'emblée son couple maximal, dès le premier centimètre parcouru. Les agents du MPD se déplaceront bientôt dans la voiture la plus commode, la plus manoeuvrable et la plus alerte jamais construite. Et à la tenue de route surprenante grâce au positionnement arrière du moteur électrique qui assure une répartition idéale des poids.

La Smart Fortwo face au paysage de Miami.

La Smart Fortwo face au paysage de Miami. © Smart

Aucun brigand ne pourra plus semer this little thing. En chiffres relatifs, Miami reste aussi la 4e ville la plus dangereuse des Etats-Unis, mais elle dégage une rassurante sensation de sécurité. En journée, mais aussi le soir et la nuit, lorsque bourdonne la vie nocturne. Le jour, Miami dévoile son côté artistique, toujours plus prononcé depuis les années 1990. En 2002, Art Basel a été organisé ici, pour la première fois hors d'Europe. Et, désormais, Art Basel Miami Beach figure chaque année à l'agenda. 260 galeries y participent et l'on y a escompté pour ce mois de décembre quelque 80.000 visiteurs. Le dimanche, il faut se promener dans les Wynwood Walls. Ce quartier qui regorgeait jadis d'usines et d'ateliers brille aujourd'hui par plus de 40 oeuvres d'art mural, hautement colorées, expressives et uniques.

RESPONSABLE MAIS CONVIVIALE

Cette Smart électrique n'est jamais à court d'énergie car lors de la pause café, l'équipe de Smart la connecte au système de recharge rapide qui sera lancé l'an prochain. Trois quarts d'heure suffisent pour que la batterie soit rechargée à 80 % - un record dans l'univers des voitures électriques. Suffisant pour poursuivre la balade. Cap sur d'autres pôles d'attraction : Miami Beach puis Key Biscayne, ses plages de sable blanc, ses flots turquoise et son phare qui y trône depuis 1825.

Pour ce faire, on emprunte le Rickenbacker Causeway Bridge qui, à la manière d'un long bras de béton et d'acier, franchit une avancée de l'océan Atlantique. En chemin, la Smart a économisé de l'énergie. En mode " économie ", un capteur installé dans son museau mesure la distance qui la sépare de la voiture précédente. Muni de cette information, l'ordinateur de bord la freine presque imperceptiblement - aussitôt qu'est actionnée la pédale de gaz - et ce, afin qu'elle s'aligne sur la vitesse de la voiture précédente. L'énergie générée par ce ralentissement est directement stockée dans la batterie.

Tout cela est vérifiable sur smartphone : l'appli de la Smart explique tout ce qui a trait à l'état de la voiture, de la batterie. Elle permet aussi de la préchauffer, ce qui ne fut pas nécessaire pour ce parcours d'essai. En revanche, la température et l'air conditionné ont été régis à distance. L'appli ouvre un univers de nouvelles possibilités. Dont le covoiturage. Début 2017, lors du Salon de la technologie CES à Las Vegas, Smart exposera un nouveau concept : l'invitation lancée à des amis pour partager la Smart. Annette Winkler : " Il faut certes que la conduite automobile soit une activité responsable, mais aussi qu'elle reste pleinement conviviale ".

www.smart.com/be

TEXTE JO BOSSUYT

TrendsInformation Services

Nos partenaires