Mémoire de sensations

06/10/16 à 16:17 - Mise à jour à 16:27

Pour le projet Most Daring Powered by Mumm, Thierry Neuville, pilote de rallye et Mumm Brand Ambassador, interroge des Belges témoignant de vision et d'audace. Dont Hannah Van Ongevalle, l'un(e) des meilleur(e)s bar(wo)men de Belgique, rencontrée à Knokke.

Mémoire de sensations

Hannah Van Ongevalle au bar The Pharmacy. © Bernard De Keyzer

Hannah Van Ongevalle(28 ans) a étudié le théâtre mais, à 25 ans, se découvre bar(wo)man. Elue meilleur(e) bar(wo)man de Belgique en 2014, elle publie un an plus tard son premier livre, Come take a sip with me, un recueil de trucs et astuces pour préparer d'inoubliables cocktails. De grands chefs - Sergio Herman, Peter Goossens, Sophie Dumont - y font son éloge. Elle gère avec ses père et frère, The Pharmacy, un bar à cocktails décoré d'antiquités, à Knokke.

Hannah Van Ongevalle a composé un nouveau cocktail spécialement pour Thierry Neuville. Préparation arrosée, comme il se doit pour ce Mumm Brand Ambassador, de champagne. " Un cocktail simple, mais préparé à partir d'une technique audacieuse. "Dans le shaker? Un jigger (15 ml) de Suze, un jigger de Mary White Vodka et trois rasades de Peychaud's Bitters aromatique.La technique? Le throwing. Pour les profanes, cela signifie que l'on verse le breuvage d'un gobelet à l'autre avec le plus de hauteur possible. Pour ceux qui fréquentent peu les bars, cette technique peut s'apparenter à celle du rituel du thé marocain. Elle est idéale pour libérer les arômes tout en préservant le goût du champagne et sera répétée à trois reprises. La finition? Ajouter au cocktail contenu dans le verre une rasade de Mumm. Vaporiser d'absinthe Pernod et servir.

Thierry Neuville: " Vous avez été élue meilleur(e) bar(wo)man de Belgique et figurez parmi les 12 meilleurs barmen du monde. Cela modifie-t-il votre vision du monde et la manière dont vous êtes perçue? "

Hannah Van Ongevalle: " Il est vrai que cette élection de 2014 a donné un coup de pouce à ma carrière. Ce titre m'a incitée à m'améliorer encore. Je veux rester parmi les meilleurs. Je travaille donc davantage encore. Je veux en savoir toujours plus sur les cocktails et les nouvelles techniques. Cette élection me permet de voyager beaucoup et de rencontrer des gens intéressants. Bien qu'il y ait des centaines de milliers de barmen dans le monde, cela reste une communauté réduite. Une fois que l'on y est reconnu, on est invité et l'on se fait de nouveaux amis partout. "

Thierry: " Vous trouvez-vous ambitieuse? "

" Oui. Et je pense que c'est inné. A l'âge de 8 ans, je me suis lancée dans le théâtre. A 11 ans, j'ai dit à mes parents que je remporterais un Oscar. Trois ans plus tard, je partais seule en Amérique pour y remporter la statuette en or, pensant qu'il serait simple d'obtenir un rôle dans un film à succès et d'arriver sur la marche supérieure du podium. Mais ce plan est, hélas, tombé à l'eau (rires). Quoi qu'il en soit, qu'il s'agisse d'un rêve d'enfant ou d'une vraie ambition, j'ai toujours été soutenue par ma famille et mes amis. C'est capital car il n'est pas toujours facile, lorsqu'on est ambitieux, de consacrer suffisamment de temps à ses relations. Il est indispensable d'être supporté par la famille et les amis. "

Thierry: " Vous sentez-vous blessée par la critique? "

" Terriblement, même si c'est moi qui me montre la plus exigeante à mon égard. Après chaque prestation, je demande au public ce qu'il a pensé des cocktails, du service... La moindre critique me blesse profondément. Et vingt appréciations positives n'y changeront rien. Cela étant, je suis intimement convaincue que j'ai besoin de ces commentaires négatifs pour pouvoir progresser. La critique est un marchepied vers le succès. "

COMPÉTITION EN FAMILLE

Thierry: " Vous travaillez pratiquement jour et nuit. Où puisez-vous l'énergie? "

" Je pratique le métier le plus fascinant du monde. Jusqu'à l'âge de 25 ans, j'ai été une personne inquiète, insatisfaite. J'ai étudié le théâtre et j'ai habité en divers endroits d'Europe. A chaque fois, je finissais par m'ennuyer et je me mettais en quête d'un nouveau défi, d'un nouveau lieu de vie. Il me fallait toujours de la nouveauté. Puis, il y a un peu plus de trois ans, j'ai réalisé qu'il était temps de trouver quelque chose qui me parle au coeur et à l'âme. "

Thierry: " Votre travail est indissociable de la fête et du plaisir. Que faites-vous lorsque vous avez quelque chose à célébrer? "

" Il est faux de croire qu'il s'agit d'une fête permanente. C'est un métier dur. Je suis passionnée par lui, mais j'apprécie également la bonne cuisine. J'aime boire et manger et, lorsque j'ai du temps libre, aller dans d'autres bars mais aussi dans des restaurants. J'ai beaucoup à apprendre des chefs. Ils me permettent de découvrir de nouveaux goûts que je transpose ensuite au bar. Je regarde aussi volontiers des séries avec mon compagnon. C'est ma façon de me détendre, de faire la fête, de recharger mes batteries. "

Thierry: " Qui joue un rôle prépondérant dans votre vie et votre carrière? "

" Cela paraîtra banal, mais c'est la stricte vérité: mon futur mari. Mon travail est très exigeant et me prend beaucoup d'énergie. Il m'arrive de travailler 20 heures par jour. J'ai donc besoin de quelqu'un qui veille sur moi, qui me connaisse, qui voie quand la coupe est pleine et puisse me dire au bon moment de me relaxer. Il me prépare des crêpes pendant que je regarde Sex and the City. C'est lui qui me permet de ne pas devenir folle et de continuer à travailler. Mon frère et mon père jouent également un rôle crucial. Ensemble, nous avons fait de The Pharmacy un vrai succès. Nous partageons les mêmes passions. Personne ne fête Noël comme nous le faisons. Chez nous, une fête de famille s'orchestre à chaque fois autour d'un petit concours de cocktails. "

COCKTAIL... AU JAMBON

Thierry: " Osez-vous sortir des sentiers battus? "

" Absolument. C'est même une caractéristique sur laquelle l'accent a été mis lors du concours qui m'a valu le titre de meilleur(e) bar(wo)man. Lorsque j'y ai participé, je n'avais que sept mois d'expérience. Durant l'une des dégustations, j'ai préparé un cocktail au jambon. J'ai vu les visages des membres du jury se crisper, pensant que je risquais de gâcher mes chances. Mais, contrairement à leurs attentes, le résultat a plu. "

Thierry: " Avez-vous une devise dans la vie? "

" Depuis l'âge de 11 ans, j'adore les citations pouvant me définir. Il y a trois ans, j'en ai découvert une qui m'a marquée. Un aphorisme de la poétesse américaine Maya Angelou: "Les gens oublient ce que vous dites, ce que vous faites, mais jamais ce que vous leur faites ressentir." Je ne peux être une bonne bar(wo)man que si je procure à mes hôtes un bon ressenti. "

www.mumm.com

www.the-pharmacy.be

TEXTE DIRK REMMERIE

Nos partenaires