"Les Belges envisagent la mode selon une esthétique très particulière"

27/05/15 à 17:36 - Mise à jour à 28/05/15 à 09:20

Davy Caluwaerts, Deputy Managing Director de l'agence média Zenith-Optimedia, a été élu Mercedes-Benz Best Dressed Man 2014, catégorie Businessmen. Avec quel effet ? "Rien ne sera plus jamais pareil."

"Les Belges envisagent la mode selon une esthétique très particulière"

© GF

Ce n'est pas que l'on croise Davy Caluwaerts quotidiennement mais cela arrive de temps à autre. Et chaque fois, il est fait allusion à son élection en tant que Mercedes-Benz Best Dressed Man de 2014.

Davy Caluwaerts : " L'impact était déjà relativement grand avant la remise du prix. Depuis l'annonce de ma nomination, il y a six mois, les réactions se sont multipliées. Rien ne sera plus jamais pareil, qu'il s'agisse d'acheter des petits pains chez le boulanger ou de participer à des réunions. Partout, je sens poser sur moi des regards scrutateurs qui semblent dire "Ah, oui, c'est donc vous l'homme le mieux habillé"... Mais les commentaires sont tous positifs. Ils sont souvent une manière de briser la glace, voire de séduire ".

Que signifie pour vous le statut de Mercedes-Benz Best Dressed Man ?

" Pour moi, cela représente le nec plus ultra. Je suis très porté sur l'aspect visuel. D'où ma présence active sur Instagram. L'architecture, le design, la gastronomie, le stylisme sont autant de formes d'esthétisme qui m'interpellent. Tout comme la mode qui, selon moi, est une manière d'exprimer sa créativité. Mais sans excès : je ne suis pas jusqu'au-boutiste, cela reste du niveau mainstream. J'aime la regarder et expérimenter différents styles. Ce prix m'a fort touché. Il m'a encouragé à poursuivre ma propre voie et à me montrer créatif, notamment par rapport aux conventions. "

Partager

Chacun a sa propre opinion sur ce que signifie être bien habillé.

Le Mercedes-Benz Best Dressed Man Award 2014 était une nouveauté. Que pensez-vous du concept général ?

" C'est une bonne chose d'avoir lancé une telle initiative pour les hommes. Elle est unique en Belgique - à l'étranger, elle existait déjà. Et comme j'ai pu le constater, le sujet "hommes et habillement" a fait l'objet d'un joli buzz. Chacun a sa propre opinion sur ce que signifie être bien habillé. J'ai apprécié le fait que tant de styles différents aient été sélectionnés et qu'ait été menée une réflexion originale sur le thème. Je voudrais encourager l'organisation à pousser l'originalité encore plus loin lors de la prochaine édition. Le best dressedne se définit pas en fonction d'un seul look déterminé. C'est une question d'inspiration et de style. Souvent, la manière de le porter dépasse le vêtement en soi. Best dressed concerne la confiance en soi et non ce qu'il se passe dans la mode. Acheter des vêtements beaux et coûteux n'est pas difficile. En revanche, porter ce qui sied le mieux, trouver la bonne manière de le faire et de combiner les pièces, s'avère moins évident. C'est cela, avoir du style. Bien s'habiller relève davantage de la personnalité que du vêtement. Moi-même, je suis assez caméléon dans mes choix : je m'habille selon les circonstances - le jour, le type de rendez-vous, l'humeur dans laquelle je me trouve. Mon style est donc éclectique. "

AMBASSADEUR DE LA MODE BELGE

L'homme d'affaires belge s'habille-t-il bien ?

" J'ai été agréablement surpris de voir aussi la catégorie Best Dressed Businessmen inclure une grande variété de styles. Il existe une espèce de loi tacite selon laquelle une fonction déterminée s'accompagne obligatoirement d'un style vestimentaire spécifique. Personnellement, je ne m'en suis jamais soucié. J'occupe une fonction dirigeante et je m'habille donc toujours de façon nette. Mais le fait de porter un costume-cravate ne me fait pas paraître plus intelligent. Je préfère faire impression par la manière dont je travaille plutôt que par mon apparence. Je varie entre le smart casual et le casual chic. Je travaille dans le monde de la publicité, où le code vestimentaire n'est pas très strict. La clientèle n'a pas à s'inquiéter si je ne porte pas de costume. Ma tenue est d'ailleurs souvent plus coûteuse lorsque c'est le cas. Loin de moi, donc, l'idée d'imposer une règle à mes confrères. Sauf celle qui veut qu'il n'en y ait pas. "

"Les Belges envisagent la mode selon une esthétique très particulière"

Quelles tendances distinguez-vous dans l'habillement masculin ?

" Le costume sur mesure est revenu en force même s'il n'a jamais totalement disparu. Les styles dandy et preppy, font en sorte qu'il est à nouveau apprécié, à un point tel que le sur-mesure est aujourd'hui très populaire. La manière d'y combiner les chaussures est désormais un peu plus sportive, puisqu'on peut l'associer avec des sneakers, par exemple. Pour le week-end, c'est le surdimensionné qui l'emporte - les T-shirts et sweaters amples combinés à un pantalon slimfit. "

Partager

Si je disposais d'un budget illimité, mon vestiaire se composerait de pièces de Tim Coppens, Kris Van Assche, Dries van Noten, Les Hommes, Café Costume etc.

Quels sont vos labels favoris ?

" Si je disposais d'un budget illimité, mon vestiaire se composerait de pièces de Tim Coppens, Kris Van Assche, Dries van Noten, Les Hommes, Café Costume, The Kooples et Sandro. Il contiendrait aussi quelques statement sweaters sympas de mes amis de O'Ren Official. De manière générale, j'aime ce qui est belge. Les Belges envisagent la mode selon une esthétique très particulière. Leurs créations sont techniques, raffinées, tout en étant faciles à porter. Je suis fier d'être belge. Lorsque j'en ai l'occasion, je me pose en ambassadeur de la mode belge à l'étranger. Ce qui n'est pas toujours sans risque : récemment, lors d'un retour de voyage d'affaires à Atlanta, ma valise contenant des griffes belges pour l'équivalent de plusieurs milliers d'euros a disparu. "

Quels sont vos exemples internationaux ?

" J'en ai plusieurs. Des hommes que j'admire pour leur style propre. David Beckham pour sa diversité de styles, Kanye West pour son minimalisme et Tom Ford pour son côté dandy. "

En savoir plus sur:

Nos partenaires