L'art dans la course

10/11/15 à 14:08 - Mise à jour à 12/11/15 à 10:08

BMW et l'art, c'est déjà une longue histoire. Il y a précisément quarante ans, la première des Art Cars voyait le jour à l'initiative du pilote de course français Hervé Poulain. Aujourd'hui commissaire-priseur, il revient pour Trends Style sur cette épopée artistique et évoque la prochaine Art Car.

L'art dans la course

BMW Art Car by Jeff Koons. © BMW

En 1974, j'ai eu l'idée de réunir mes deux passions - la vitesse et l'art - et de demander à des artistes de peindre des voitures de course ", explique Hervé Poulain, ancien coureur automobile et commissaire-priseur fondateur de la maison d'enchères française Artcurial. " Je voulais créer un pont entre ces deux univers, à l'époque diamétralement opposés. Les 24 Heures du Mans m'ont semblé être le moment idéal. Pour le jeune homme que j'étais, une participation à cette classique équivalait à une participation aux JO. "

Hervé Poulain présente donc d'abord son projet aux constructeurs automobiles français. " Mais, face à un tel concept, innovant, voire provocateur, les portes avaient du mal à s'ouvrir. Seul Jochen Neerspach, le patron de BMW Motorsport, a bien voulu m'écouter. Je lui ai proposé de laisser Alexander Calder, l'inventeur du mouvement dans la sculpture, peindre une voiture - dans le monde de la course, tout tourne autour du mouvement. Il s'est montré d'emblée emballé mais n'avait malheureusement pas de voiture disponible. Il m'a rappelé peu après pour m'annoncer qu'une voiture serait spécialement construite pour mon projet. Alexander Calder était enthousiaste, lui aussi. Il désirait se mettre d'emblée au travail mais, la voiture n'étant pas prête, je lui ai donné un modèle réduit 1:5 issu d'un magasin de jouets. Il a examiné soigneusement l'objet et s'est mis très vite à peindre. En 1975, les techniciens de BMW à Munich ont reproduit son design sur la BMW 3.0 CSL grandeur nature. Calder l'a signée ensuite dans son atelier à Saché. Dans la foulée, cette première Art Car a été exposée au Musée des Arts Décoratifs à Paris. Jamais auparavant, une voiture n'était entrée au Louvre. On peut imaginer ce que cela représentait à l'époque... "

Partager

Ce sont non pas des frigos que ces artistes ont peints mais des voitures de courses ayant vraiment concouru.

" L'oeuvre de Calder était parfaite pour une fête populaire telle que Le Mans. Les aplats de couleurs primaires - rouge, jaune et bleu - étaient faciles à comprendre. Dès que la voiture était en mouvement, le jeu de couleurs explosait. Je me rappelle avoir dit en plaisantant, lors d'une conférence de presse, que nous envisagions de retirer le moteur car c'était, somme toute, la couleur qui propulsait la BMW 3.0 CSL (rires). Je revois encore Calder me serrer dans ses bras avant le départ des 24 Heures du Mans et me murmurer à l'oreille : " Gagne Hervé, mais ne va pas trop vite ". Après six heures de course - nous étions alors en 5e position et pouvions espérer une place sur le podium -, la Calder Art Car est tombée en panne. Je n'ai donc pas remporté la course mais le concept avait été bien accueilli et BMW souhaitait renouveler l'expérience. "

STELLA, LICHTENSTEIN, WARHOL

" En 1976, nous avons collaboré avec Frank Stella qui a réalisé un travail radicalement différent. L'opus de Calder était très coloré, ludique, dionysiaque. En revanche, la BMW 3.0 CSL de Frank Stella était en noir et blanc et beaucoup plus intellectuelle. Par son imprimé de papier millimétré, il désirait montrer ce qu'on ne voit pas - la mécanique, la science des ingénieurs, des mécaniciens. Un peu comme un voile sur un corps, qui suggère la nudité plus que la nudité elle-même. L'année suivante, Roy Lichtenstein a peint sur les deux portières d'une BMW 320i Turbo, un lever et un coucher de soleil pour évoquer le cycle des 24 Heures du Mans. La trame de points conférait un caractère agressif à la voiture. Absolument génial. "

Hervé Poulain: " J'ai eu l'idée de réunir mes deux passions : la vitesse et l'art. "

Hervé Poulain: " J'ai eu l'idée de réunir mes deux passions : la vitesse et l'art. "

" En 1978, nous avons demandé à Andy Warhol de créer une Art Car. Il a d'abord habillé de lilas inspiré d'un papier peint, une BMW 320 Touring noire. Mais, dans la mesure où il avait également recouvert les vitres et les phares, le concept ne se prêtait pas à la course. Je lui ai alors suggéré de peindre un modèle réduit de BMW M1, en espérant qu'il opterait pour un portrait de Marilyn Monroe ou des boîtes de soupe. Mais il a présenté un imprimé camouflage. Deuxième projet rejeté par BMW. Qu'un constructeur allemand inscrive à une course automobile française une voiture habillée d'un imprimé militaire était totalement exclu. Lorsque je lui ai annoncé la nouvelle, il m'a dit : " Envoyez-moi les billets d'avion et je viens peindre en personne la coque de la voiture à Munich. " Sur place, il a jeté des pots entiers de peinture Sikkens sur la M1 durant une vingtaine de minutes. BMW se devait d'avaliser le projet. Par ces flaques dégoulinantes, le maître américain du pop art voulait rendre compte de la vitesse. Il n'a pas hésité pas à utiliser ses doigts pour donner à l'ensemble une touche personnelle - et pour inscrire sa signature près de l'échappement. Mais cela avait été si rapide que l'équipe de tournage n'avait pas eu le temps de le filmer. Lors des prises, il a donc dû simuler. En attendant l'équipe, il a proposé spontanément au responsable de Sikkens de " traiter " sa BMW Série 5 flambant neuve. Ce dernier a refusé et le regrette toujours aujourd'hui. "

L'AMOUR DU RISQUE

Depuis, dix-sept Art Cars ont vu le jour. Hervé Poulain : " Je considère les quatre premières - les voitures de course sur lesquelles j'ai moi-même couru - comme mes filles légitimes. Mon concept s'articulait autour de bolides au caractère musclé, équipés de spoilers et autres, conçus pour la gagne. La beauté d'une voiture de course est déterminée par sa rapidité et sa fiabilité. Elle est d'un tout autre calibre que celle d'une voiture de série. "

Partager

Andy Warhol a dit : " Envoyez-moi les billets d'avion, je viens peindre la voiture sur place, à Munich. "

" Personnellement, je trouvais les voitures de course si parfaites que je ne voyais pas comment les embellir davantage. Mais je me suis dit que les églises gothiques et romaines, l'Athénée du Parthénon avaient également été décorés, y compris à l'extérieur. Il y a, en outre, l'aspect dramatique, tragique des courses automobiles. Une voiture de série peinte n'aura aucune histoire à raconter. Les voitures de course ont, elles, risqué leur peau. Et la nôtre. Elles ont failli - certainement à cette époque - me tuer. Et moi, j'ai failli les réduire à néant. Cela leur confère une aura magique. On pourrait comparer mon projet à celui d'un pilote qui, au début du 20e siècle, aurait pris part à la Gordon Bennett Cup à bord d'une voiture peinte une année par Picasso, l'année suivante par Matisse, puis Kandinsky et Malevitch. Bref, par les plus grands artistes de son temps. Moi aussi, j'ai choisi les meilleurs. "

" Un jour, la marque BMW m'a informé qu'elle s'engageait en Formule 1 et que l'histoire s'arrêtait là. Alors même que j'avais déjà à l'esprit une longue liste d'artistes avec lesquels collaborer : Edward Kelly, Jasper Johnson... Bien plus tard, j'ai fait décorer certaines de mes voitures - mais ce n'étaient plus des BMW - par l'artiste franco-américain Arman, le sculpteur français César et Georges Wolinski - le dessinateur de Charlie Hebdo, tué cette année lors d'un attentat. BMW a relancé le projet par la suite et fait peindre 12 voitures de série que je considère aujourd'hui comme mes filles naturelles. Ma seule fille adoptive, l'Art Car de Jeff Koons, clôture la série. Elle renoue avec les voitures de course - elle a foulé le circuit du Mans mais j'étais trop âgé pour la piloter moi-même. J'ai été le parrain du projet. A l'époque, Jeff Koons était l'un des artistes les plus médiatisés. Mais j'estimais que BMW jouait avec le feu car il avait bâti sa réputation en cultivant le kitsch et les controverses. Je craignais que le résultat final ne soit un flop complet. Mais ce ne fut pas le cas. La voiture est magnifique. Il avait bien compris le concept. "

BMW Art Car by Alexander Calder.

BMW Art Car by Alexander Calder.

La favorite d'Hervé Poulain ? " Parmi toutes les Art Cars, celle de Calder reste l'une de mes préférées - elle est première. En raison de ses couleurs primaires, on pourrait croire que toute la série en est issue. La BMW H2R d'Olafur Eliasson est également très intéressante. Son oeuvre est très artistique, intellectuelle, une déformation complète de la base. C'est un exercice très intéressant. "

Hervé Poulain aimerait néanmoins réécrire l'histoire. " Par ma faute, BMW est allé trop loin dans la glorification des voitures. Je ne voulais y voir aucune publicité - c'est normal - mais je ne voulais pas non plus mentionner les noms des pilotes et là, j'ai eu tort. Car c'est justement le fait qu'elles aient concouru qui en fait la grandeur. Ces voitures n'ont pas été peintes pour être mises sous globe. Je veux qu'elles vivent et que les noms des pilotes y soient ajoutés. Certains d'entre eux - Manfred Winkelhock et Peter Gregg - sont morts depuis. "

UNE DIX-HUITIÈME ART CAR

" A l'occasion des 40 ans du lancement des BMW Art Cars, nous avons organisé, entre autres, une exposition lors du Concours d'Elégance à la Villa d'Este ", explique Thomas Girst qui, en tant qu'Head of Cultural Engagement chez BMW, fait office de curateur des Art Cars. " Fin 2015, début 2016, nous allons également lancer une nouvelle Art Car. L'artiste sera sélectionné par un jury international de directeurs de musée et de commissaires. De son côté, BMW déterminera la voiture sur laquelle il devra travailler. L'aspect compétition reste important à nos yeux - que l'on songe à la BMW V12 LMR de Jenny Holzer de 1999, à la BMW H2R de Olafur Eliasson de 2007 et à la dernière Art Car de Jeff Koons de 2010 - ce qu'il a fait est extraordinaire et ce n'est donc pas le premier venu qui pourra lui succéder. "

BMW Art Car by Andy Warhol.

BMW Art Car by Andy Warhol.

Hervé Poulain a-t-il déjà une idée de l'heureux élu ? " Si je pouvais le choisir moi-même, je n'exclurais pas de nouvelles formes d'art telles que les strip et street art. Par le passé, j'ai travaillé avec la créatrice de mode française Chantal Thomass. Elle a peint une Jaguar Type E en rose pour l'une de mes participations au Mans Classic. Elle l'a décorée de lèvres pulpeuses et a doté ses phares de longs cils façon Betty Boop. Sur le coffre, elle avait appliqué un joli noeud dans le style bunny. Et la photographe Bettina Rheims a habillé pour moi une Alfa 33/2 de photos noir et blanc - une sorte de pelage animal. Mais ces deux voitures ont continué à disputer des courses et les oeuvres qui les recouvraient ont fini par disparaître. Par ailleurs, il ne faut pas exclure les nouveaux grands marchés. Le jury optera peut-être pour un artiste chinois de premier plan. Pour ma part, j'aimerais un vrai Français - Calder était un Américain établi en France. L'artiste plasticien Bernar Venet me semble être le candidat idéal. Inspiré par les équations des grands mathématiciens des années 1930, il a déjà peint une Bugatti Veyron Grand Sport d'une teinte proche du métal oxydé et l'a ornée d'équations mathématiques en rapport avec les caractéristiques de la voiture. J'essaie de " vendre " Bernar Venet à BMW. J'espère que cela marchera. "

BMW ART CARS LE CATALOGUE

Alexander Calder BMW 3.0 CSL 1975

Frank Stella BMW 3.0 CSL 1976

Roy Lichtenstein BMW 320i Turbo 1977

Andy Warhol BMW M1 Group 4 1979

Ernst Fuchs BMW 635 CSi 1982

Robert Rauschenberg BMW 635 CSi 1986

Michael Nelson Jagamara BMW M3 1989

Ken Done BMW M3 Group A 1989

Matazo Kayama BMW 535i 1990

César Manrique BMW 730i 1990

A.R. Penck BMW Z1 1991

Esther Mahlangu BMW 525i 1991

Sandro Chia BMW M3 GTR 1992

David Hockney BMW 850 CSi 1995

Jenny Holzer BMW V12 LMR 1999

Olafur Eliasson BMW H2R 2007

Robin Rhode BMW Z4 2009

Jeff Koons BMW M3 GT2 2010

TEXTE ANJA VAN DER BORGHT

En savoir plus sur:

Nos partenaires