Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

05/03/10 à 13:41 - Mise à jour à 13:41

"Stop au démarchage téléphonique !"

Stop au démarchage téléphonique ! C'est le titre d'un article publié récemment dans la presse francophone. Cet article faisait référence à la volonté du ministre en charge de la protection du consommateur de davantage réglementer ces coups de fil qui se font à domicile pour vous vendre tel produit ou tel service.

Stop au démarchage téléphonique ! C'est le titre d'un article publié récemment dans la presse francophone. Cet article faisait référence à la volonté du ministre en charge de la protection du consommateur de davantage réglementer ces coups de fil qui se font à domicile pour vous vendre tel produit ou tel service.

A priori la démarche est totalement louable surtout si ces appels téléphoniques sont irritants ou s'ils débouchent sur une arnaque, c'est l'évidence même. Mais si la réglementation se fait de manière aveugle, elle risque de susciter quelques vagues, notamment du côté de la presse écrite. Comme vous le savez la presse écrite en Belgique comme à l'étranger d'ailleurs n'est pas au mieux de sa forme et encore c'est un euphémisme pour ne pas dire qu'elle va mal.

Or, les appels lancés par des centres téléphoniques spécialisés pour démarcher des clients afin de leur proposer des abonnements à tel ou tel quotidien sont très classiques. C'est parfois même le dernier canal qui donne encore un bon rendement pour la presse écrite et donc si ce canal devait être interdit, cela poserait d'immenses problèmes à nos quotidiens.

Et le paradoxe dans cette affaire, c'est qu'il y a aujourd'hui plusieurs experts dont une française qui ont été nommés par la ministre de la culture pour voir comment il serait possible d'aider la presse belge francophone à passer le cap de cette crise. Ce rapport d'expert devrait même être à l'origine d'Etats généraux de la presse en 2011.

D'où la question : va-t-on d'un côté aider la presse écrite et de l'autre l'étouffer ? Et puis autre question : comment faire un arbitrage intelligent entre la protection légitime des consommateurs et l'emploi en période de crise. En effet, les calls centers sont créateurs d'emplois, ce sont souvent des jeunes dont certains d'origine immigrés qui sont employés dans ces call centers. La réponse à cette question n'est pas simple !

La situation ne sera pas simple non plus pour une association comme Test-Achat dont le rôle de défense des consommateurs est bien connu et très apprécié. Mais Test-Achat a également besoin de démarcher par téléphone des prospects pour proposer ses services et ses abonnements...

Comme quoi le titre d'un article, c'est bien, mais la réalité économique, c'est encore autre chose.

Nos partenaires