Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

10/07/14 à 15:29 - Mise à jour à 15:29

Steve Jobs est mort et pourtant il serait responsable d'avoir détruit des emplois en Finlande...

Steve Jobs est mort et pourtant il est accusé aujourd'hui d'avoir détruit des emplois en Finlande... Le pauvre n'est plus là pour se défendre mais cela n'a pas empêché le nouveau premier ministre finlandais d'accuser le fondateur d'Apple de presque tous les maux dont souffre son pays.

Et qu'a dit exactement ce nouveau premier ministre dont la mission est de redresser l'économie de son pays :

1. Steve Jobs a pris nos emplois.

2. Nous avions deux piliers sur lesquels nous reposions : l'un était la haute technologie avec Nokia, l'autre l'industrie papetière. Or, l'iPhone a mis K-O Nokia et l'iPad a mis K-O l'industrie du bois.

En réalité, ce que dit ce premier ministre finlandais est tout à fait juste : Nokia, qui était la fierté de la Finlande et même de l'Europe technologique, a tout simplement raté le virage des smartphones. La direction de Nokia n'a pas vu venir Apple avec son iPhone et n'a pas su s'adapter comme il fallait alors qu'un concurrent comme Samsung a très bien répondu au défi de l'iPhone au point de vendre plus de smartphones aujourd'hui qu'Apple.

Et quant à l'industrie papetière, c'est vrai que l'arrivée de l'iPad et des autres tablettes rend l'usage du papier moins nécessaire que par le passé, mais c'est aussi la concurrence des pays émergents qui est au moins autant responsable de la débâcle de l'industrie papetière que le développement du numérique !

Tout cela est donc vrai, mais plutôt que d'accuser un mort, Steve Jobs, le nouveau premier ministre finlandais aurait dû relire ses classiques. Notamment l'un des plus grands économistes du début du siècle dernier, Joseph Schumpeter qui a le premier parlé de "destruction créatrice". Autrement dit, qu'une innovation dans un premier temps détruit l'ancien modèle et donc les emplois qui y sont liés, avant de créer dans un deuxième temps de nouvelles activités et donc de nouveaux emplois.

La vérité c'est que si la Finlande a vu son géant Nokia être vendu à Microsoft et si son industrie du papier souffre, ce n'est pas à cause de Steve Jobs, mais c'est parce que la Finlande n'a pas su répondre comme il faut à ce défi ou à susciter l'émergence d'un petit Steve Jobs finlandais... Donc, plutôt que de chercher un bouc émissaire, il faut chercher des solutions.

Nos partenaires