Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

15/04/11 à 11:25 - Mise à jour à 11:25

Smartphone : les fabricants de consoles fourbissent leurs armes

Les fabricants de consoles de jeux portables ne sont plus vraiment à la fête. Pour s'en rendre compte, il suffit de se baser sur deux petits exemples récents de nervosité de ce secteur.

Les fabricants de consoles de jeux portables ne sont plus vraiment à la fête. Pour s'en rendre compte, il suffit de se baser sur deux petits exemples récents de nervosité de ce secteur. Le premier, c'est quand, lundi dernier, Sony a vu le cours de son action baisser de 2 % lorsque le groupe japonais a annoncé qu'il réduirait d'un quart le prix de sa console PSP en Europe. 1En général, lorsqu'un fabricant annonce une baisse de prix, c'est rarement de gaieté de coeur...

Quant à Panasonic, il a, lui, renoncé à développer une console portable, moins de six mois à peine après avoir claironné partout qu'il allait le faire ! Si Panasonic a abandonné son beau projet, c'est en raison, dit-il, de "changements sur le marché".

De quels changements s'agit-il ? Pour le journal économique La Tribune, la réponse est claire : le changement le plus notable est l'arrivée des smartphones, qui font de l'ombre aux consoles portables. Plus les mois passent et plus ces téléphones intelligents taillent des croupières aux fabricants de consoles de jeux portables. Les chiffres sont là pour le démontrer. Reste à savoir pourquoi.

La première raison est technique. Un smartphone, comme le fameux iPhone d'Apple, permet de télécharger une multitude de jeux via sa connexion Internet. Le résultat ne fait pas de doute : la qualité de ces jeux vidéo n'a quasi rien à envier à ce que l'on peut trouver sur des consoles de jeux classiques.

N'oublions pas, en outre, que nous sommes en crise et que la variable "prix" joue à plein son rôle. Et là, force est de constater que, s'il est possible de télécharger un jeu intéressant pour par exemple 0,79 euro sur le magasin virtuel de Apple, un jeu similaire coûte dans les 30 ou 40 euros pour la 3DS de Nintendo. Le fait que la 3DS permette de visionner des images en relief sans lunettes spéciales ne change rien à l'affaire : la variable "prix" s'impose.

Bien entendu, les fabricants de consoles de jeux portables n'entendent pas se laisser tondre sans réagir. Leur idée est de monter en gamme en ciblant davantage les vrais mordus des jeux vidéo. D'autres veulent lancer, sur le marché, des consoles qui font aussi fonction de... smartphones ! Le tremblement de terre au Japon a cependant ralenti les plans de contre-attaque des groupes japonais. Il faudra donc attendre 2012 pour savoir si celle-ci a du succès ou pas.

Nos partenaires