Seita (Imperial Tobacco) va fermer deux usines, en France et au Royaume-Uni

15/04/14 à 13:05 - Mise à jour à 13:05

Source: Trends-Tendances

(Belga) La direction de la Seita, filiale d'Imperial Tobacco, a annoncé mardi officiellement la fermeture d'une usine à Nantes (France) employant 327 salariés et d'une autre à Nottingham (Royaume-Uni) qui compte 570 salariés, ont annoncé syndicats et direction.

Seita (Imperial Tobacco) va fermer deux usines, en France et au Royaume-Uni

Le dernier grand cigarettier français, repris par Imperial Tobacco en 2008, a fait cette annonce aux syndicats lors d'un comité central extraordinaire réuni mardi à Paris, avant un communiqué d'Imperial Tobacco à Londres. Selon les syndicats, 366 postes au total vont être supprimés en France alors que 130 emplois seront créés en Pologne. Imperial Tobacco a indiqué mardi dans son communiqué que ces fermetures d'usines s'inscrivaient dans le cadre d'un plan de restructuration qui va entraîner la suppression d'environ 900 emplois. Le groupe britannique a dit vouloir également fermer le centre de recherche et développement de Bergerac (sud-ouest de la France). Ancienne régie publique française, la Seita (Gauloises, Gitanes) est la seule entreprise qui fabrique des cigarettes sur le sol français. Trois autres industriels sont présents en France, mais importent leurs marchandises: Philip Morris, numéro un du marché, qui commercialise notamment Marlboro, British American Tobacco (Lucky Strike, Dunhill) et Japan Tobacco International (Camel, Winston). Les Gauloises et Gitanes brunes n'étaient déjà plus produites en France depuis 2007. L'usine de Nantes fabrique des Gauloises blondes également produites sur l'autre site de Seita à Riom (centre de la France). Mais l'avenir de l'usine de Riom est lui aussi hypothéqué, avec la fin programmée des cigarettes aromatisées et mentholées, interdites par Bruxelles à compter de 2016 et 2018. En 2013, sous l'effet conjugué des hausses de prix et de l'essor de la cigarette électronique, le volume de tabac vendu est, pour la première fois, passé sous la barre des 60 millions de tonnes en France. (Belga)

Nos partenaires