Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

30/07/14 à 13:58 - Mise à jour à 13:58

Ryanair, compagnie aérienne à bas prix oui, mais surtout une compagnie aérienne très rentable

Pas mal de nos auditeurs ont sans doute déjà pris ou vont prendre très bientôt un vol Ryanair. Ce qu'ils ne savent peut-être pas, c'est que Ryanair a beau être une compagnie aérienne à bas prix, c'est aussi la compagnie aérienne la plus rentable d'Europe avec sa consoeur britannique Easyjet.

C'est d'autant plus étonnant qu'il y a une vieille blague qui circule depuis des années au sujet du business des compagnies aériennes. Celle-ci commence sous forme d'une question : comment peut-on devenir millionnaire en dollars ? Réponse : c'est simple, il suffit d'abord d'être milliardaire et ensuite d'investir dans l'aérien.

Eh bien, cette blague n'a plus lieu d'être. Sur un placement de 10 ans en Bourse, les actions de Ryanair ont été multipliées par trois et demi et par huit pour Easyjet. C'est nettement mieux que n'importe quelle compagnie aérienne classique, mais c'est aussi nettement mieux que les 600 principales actions européennes qui n'ont fait que "doubler" les gains totaux sur la même période de 10 ans.

Ce qui est le plus étonnant dans cette double performance, c'est que le modèle Easyjet n'est pas à 100% comparable au modèle Ryanair. En effet, Easyjet est réputée mieux traiter ses passagers que Ryanair. En plus Easyjet décolle et atterrit au départ des aéroports principaux et non pas d'aéroports secondaires, et donc souvent plus éloignés des villes visitées, comme c'est le cas de Ryanair.

Malgré le fait de "chouchouter" un peu plus ses clients, Easyjet arrive au final à encore mieux performer que Ryanair. C'est d'ailleurs Easyjet qui a été la plus généreuse pour les actionnaires, notamment via la distribution de dividendes.

Oui, dans nos sociétés aujourd'hui, c'est le low cost qui s'en tire le mieux sur le plan financier. On le voit dans la distribution avec Aldi ou Lidl et c'est la même rengaine avec l'aérien. L'ancienne secrétaire générale de la FGTB disait récemment qu'elle n'avait jamais pris d'avion Ryanair pour ne pas cautionner les pratiques sociales de cette compagnie aérienne. Elle a du mérite d'avoir tenu sa promesse car les syndicalistes ne roulent pas sur l'or. En pratique, elle est bien seule dans sa démarche, car Ryanair fait partie de ces entreprises que les citoyens adorent critiquer mais qu'ils continuent d'utiliser malgré tout. Au fond, le citoyen est souvent antimondialiste à titre privé mais très libéral lorsqu'il prend sa casquette de consommateur ; c'est la schizophrénie de notre époque.

Nos partenaires