Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

09/12/13 à 10:23 - Mise à jour à 10:23

Résultats PISA...

L'avenir d'un pays peut également se mesurer ou se lire au travers du niveau d'éducation de sa population. C'est la raison pour laquelle, tous les 3 ans, l'enquête PISA est attendue avec beaucoup d'appréhension car elle permet en quelque sorte de mesurer le niveau de notre système éducatif puisque 65 pays sont auscultés. Cette fois-ci cette enquête Pisa portait notamment sur le niveau des élèves de 15 ans en mathématiques !

Pour la fédération Wallonie-Bruxelles, le résultat n'est pas terrible... Nous restons hélas sous la moyenne des pays de l'OCDE ; à l'exception du Luxembourg, tous nos voisins font mieux que nous. La Flandre se classe même en 3ème position parmi les pays de l'OCDE ! Le seul point positif dans ce classement, c'est que la fédération Wallonie-Bruxelles a progressé depuis l'année catastrophique de 2009, mais bon, ce n'est qu'une très maigre consolation !

Ce qui est aussi important à noter, c'est que dans ce tableau comparatif, ce sont les pays asiatiques qui trustent le haut du tableau : la Corée, la Chine, le Japon, Singapour, Hong Kong et Taïwan se partagent les premières places du classement mondial et cela, dans tous les domaines. Ce qui confirme le basculement inexorable du pouvoir économique de nos pays occidentaux vers l'Asie. Souvenez-vous, quand vous étiez petits et que vous ne vouliez pas terminer votre repas, votre maman, vous disait "Pense à tous ces petits Chinois qui n'ont pas de quoi manger à leur faim". Aujourd'hui, la même maman devrait plutôt dire : "Etudie bien mon fils ou ma fille, sinon ce sont les Chinois qui vont prendre ta place"...

Mais comme le faisait remarquer le philosophe français Luc Ferry, ce n'est pas un hasard si ces pays asiatiques arrivent en tête du classement Pisa. Ce sont tous des pays dans lesquels une éducation traditionnelle vigoureuse est restée en place, avec une réelle valorisation du travail par les familles. Car ne l'oublions pas, en-dehors des défauts connus de notre système éducatif, il faut bien garder à l'esprit "que l'enseignement relève de l'école et des professeurs, dans un espace public, où les enfants s'appellent des élèves car on est censé les élever, c'est-à-dire, les emmener d'un niveau n à un niveau n + 1, mais que de son côté, l'éducation, elle, relève des parents, dans un espace privé, celui de la famille". Or, comme le dit le philosophe Luc Ferry, si l'éducation n'a pas précédé l'enseignement, ce dernier devient tout simplement impossible. C'est une phrase à méditer, notamment dans les milieux sociaux plus difficiles, car l'enquête Pisa montre aussi que les milieux favorisés ont en moyenne un an d'avance sur les milieux défavorisés...

Nos partenaires