Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

22/03/11 à 08:31 - Mise à jour à 08:31

Reprise de l'emploi : pourquoi cette "heureuse surprise" ?

L'amélioration de l'emploi depuis quelques mois est d'abord et avant tout le résultat d'une croissance économique positive. Mais à elle seule, cette conjoncture positive permet tout juste de stabiliser le marché.

Pour le patron de l'Onem, la reprise de l'emploi constatée depuis l'été dernier est une "heureuse surprise". De fait, depuis le début de l'été 2010, le chômage recule partout en Belgique, sauf - hélas - à Bruxelles. Bien entendu, l'amélioration de l'emploi depuis quelques mois est d'abord et avant tout le résultat d'une croissance économique positive. Mais à elle seule, cette conjoncture positive permet tout juste de stabiliser le marché.

En réalité, l'amélioration des chiffres de l'emploi est aussi la conséquence de plusieurs mesures de soutien décidées par les pouvoirs publics. En soi, comme le fait remarquer le journal L'Echo, c'est une bonne chose : cela signifie que les initiatives prises par le gouvernement étaient pertinentes. Le revers de la médaille, c'est leur coût, élevé pour l'Etat, donc pour les contribuables.

Parmi les mesures prises par l'Etat fédéral, citons le chômage économique, le plan Win-Win, le crédit-temps mais aussi le système des titres-services, qui a beaucoup de succès même s'il coûte cher. En l'occurrence, plus de 1,3 milliard d'euros en 2010.

Au-delà du coût pour lutter contre le chômage, l'autre point noir en Belgique, c'est que le taux d'emploi des seniors reste beaucoup trop faible (à peine 35 % pour les plus de 55 ans), sans doute à cause du succès des prépensions. Ce débat n'est toutefois pas nouveau et, soyons honnêtes, rien n'est jamais parfait nulle part.

Nos partenaires